• Ancien du Racing, Arthur Retière s’épanouit désormais sur les bords de l’Atlantique sous le maillot rochelais.
    Ancien du Racing, Arthur Retière s’épanouit désormais sur les bords de l’Atlantique sous le maillot rochelais. Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Un départ du Racing bénéfique pour Retière

Le Bourguignon ne regrette pas d’avoir quitté le Racing en 2016. A La Rochelle, il a trouvé un cadre qui lui convient pour s’exprimer. Au point de prolonger.

Arthur Retière va retrouver ce vendredi son ancien club, le Racing 92. Dans les Hauts-de-Seine, la greffe n’aura jamais pris pour lui. Lors de la saison 2015-2016, le Bourguignon ne dispute qu’un match en Ciel et Blanc. Avec Didier, son père, il commence à sonder les possibilités de quitter le club. "Arthur avait 18 ans et il était dans une logique de recherche de temps de jeu pour progresser, raconte le DTN de la FFR. Nous avons réfléchi aux propositions et une opportunité s’est présentée à La Rochelle. Il a pris sa décision seul. La Rochelle, c’était pour Arthur un retour à un rugby de province auquel il est plus habitué. La vie parisienne a été pour lui un choc de culture. Il lui fallait, je pense, retrouver quelque chose de familial. Dans le rugby de grande ville, il n’y a pas la même proximité avec les supporters. La Rochelle offrait ce compromis sportif et de cadre de vie." Partir en Charente-Maritime n’était pas une décision évidente. Le club venait de remonter dans l’élite en 2014 avant de terminer à la neuvième place de Top 14. "Arthur était au Racing et c’est sûr que quitter un tel club était une prise de risque. Le club de La Rochelle n’avait pas le statut qu’il a aujourd’hui. Arthur a fait ce choix et on peut maintenant dire que c’était intelligent."

Trois années ont passé et Arthur Retière a trouvé à La Rochelle ce qu’il cherchait puisqu’il joue (24 titularisations en 26 matchs toutes compétitions confondues cette saison en Jaune et Noir). Mercredi, il a prolongé pour deux saisons supplémentaires, jusqu’en 2022. "Arthur se sent très bien dans ce club et il y avait des chances que ça aille dans cette direction, estime son père. Il y a une ambiance de copains, une belle dynamique de groupe. C’est aussi intéressant de voir que ce n’est pas un groupe cloisonné. Arthur est proche des joueurs de son âge mais aussi de Dany Priso, Uini Atonio ou Romain Sazy."

Cette prolongation était devenue en quelque sorte naturelle. "Il y a des points communs entre le club et sa personnalité, explique Didier Retière. Il s’est mis dans le moule. Le Stade rochelais est un club en prise avec la population, avec des gens de toutes conditions qui se bagarrent pour payer leur place. Les joueurs et Arthur ont compris qu’il faut donner le maximum sur le terrain."

"Pas dans un carcan"

Sportivement, Arthur Retière s’éclate à La Rochelle. "Il prend du plaisir sur le terrain, se réjouit son père. Contre Bordeaux, samedi dernier, on a pu voir qu’il a du gaz (rires). Il tente des choses et surtout je ne le sens pas enfermé dans un carcan. On sent qu’il donne toute sa pleine dimension sur le terrain. Je suis ravi pour lui et c’est fondamental quand on aime le rugby d’avoir cette chance de pouvoir jouer. Sa blessure en 2017 (rupture des ligaments croisés du genou gauche, N.D.L.R.) lui a aussi fait prendre conscience de ça." Du plaisir qu’il ne s’est pas procuré au Racing. Trois ans après son arrivée, Retière peut aussi se targuer d’avoir un bagage intéressant pour un joueur de son âge. "Il aura 22 ans cet été (le 1er août) et il compte presque une cinquantaine de matchs en Top 14 (44 avant ce week-end). Il devient un habitué du Top 14. C’est quelque chose quand on sait ce que c’est que d’avoir du temps de jeu aujourd’hui."

Arnaud Bébien
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir