• Jordan Michalet sera reconduit à l’ouverture, propulsant l’expérimenté Matthew James au poste de premier centre avec un rôle de cinq-huitième.
    Jordan Michalet sera reconduit à l’ouverture, propulsant l’expérimenté Matthew James au poste de premier centre avec un rôle de cinq-huitième. Photo André Roques / Photo André Roques
Publié le / Modifié le
Fédérale 1

Rouen : atout fraîcheur

Après quatre rencontres éprouvantes, le manager Richard Hill a décidé d'organiser un petit turnover afin de privilégier la fraîcheur physique.

Le souffle de cette soirée formidable vécue au stade Diochon où les Rouennais de Richard Hill ont fait accéder la Normandie sur l’échiquier du rugby professionnel, s’est prolongé mardi dans la journée par la venue présidentielle de Bernard Laporte, venu déployer ici en premier son grand plan des conseillers technique de clubs. Cette région qui abritera cinq conseillers avait été choisie comme point de départ dans son calendrier, et cette date choisie trois jours après la demi-finale retour n’est pas un hasard, et ce timing cumulé de la réussite du club et du lancement de la politique fédérale, alimentera sans doute du côté d’Albi les visions complotistes d’une réussite pilotée.

En Normandie, cette collision des intérêts particuliers et de l’intérêt général a secoué comme jamais cette région autrefois déshéritée. Sous le barnum monté pour l’occasion, passée la séance rituelle auprès de l’école de rugby locale et le discours conventionnel d’un président en campagne, on s’échangeait des grands sourires, des accolades, des «bravo» et des «je t’aime». La veille, le lundi matin, mis devant le fait accompli de l’épuisement de ses joueurs incapables de mettre un pied devant l’autre, Richard Hill improvisait une partie de pétanque. On a lancé là-bas sous des faux airs de vacances et de fin de saison prématurée, la préparation de la finale de demain. Un piège, cette trop grande décontraction ? « Une nécessité absolue », a répondu Richard Hill, qui a pris comme il en a l’habitude des décisions assez radicales.

Cinq changements dans le XV de départ

La coqueluche Gabin Villière, la dernière trouvaille de France VII qui jouera en Top 14 à Toulon la saison prochaine ? Il ne sera pas sur la feuille de match demain soir. Il est trop crevé, l’animal, a estimé le manager anglais. Le régional le plus fameux de l’équipe ne portera plus jamais ses couleurs. Gambo Adamou, le guerrier éternel, qui de Castres à Rouen en passant par Massy, Tarbes, Oyonnax, et Bourgoin, a offert ses services crescendo du Top 14 à la Fédérale 1, ne sera pas là non plus. Il ne peut plus arquer. Quant au talonneur Robin Becquet, il cédera sa place au retour de Fabien Dorey, alors que le droitier Shaun Knight, le malheureux, qui enterrait son papa hier, et le centre Akuila Tabualevu, qui s’est blessé contre Albi, sortiront sur incapacité. Ils sont cinq des vainqueurs de vendredi dernier qui manqueront la finale de demain.

« Il nous fallait de la fraîcheur pour aller à Gueugnon, a expliqué Richard Hill. Contrairement à Valence-Romans qui a dominé ses rencontres, toutes les nôtres ont été très difficiles. Nous avons privilégié la récupération durant tout le début de semaine et intégré des absents pour être à 100 % tous ensemble à partir de jeudi et nous projeter complètement sur ce match. » Dans ce grand turnover, on notera aussi que l’ouvreur Mathy James débutera la partie au centre, et que Rouen jouera avec un cinq-huitième capable de balancer des grandes diagonales dans tous les sens. Libérés et joueurs, les Rouennais, comme le voudrait leur capitaine Jorick Dastugue ? Ce n’est pas tout à fait certain.

Guillaume CYPRIEN
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir