• Les Drômois emmenés par leur centre Nigel Hunt tenteront de finir sur une bonne note. Eux qui ont réalisé un parcours parfait : 24 victoires en 24 matchs…
    Les Drômois emmenés par leur centre Nigel Hunt tenteront de finir sur une bonne note. Eux qui ont réalisé un parcours parfait : 24 victoires en 24 matchs… Photo Jean-Daniel Desplanches / Photo Jean-Daniel Desplanches
Publié le / Modifié le
Fédérale 1

Valence - Romans : la règle de l'exception

Le club drômois à atteint son objectif de montée et aborde la finale en étant invaincu depuis le début de la saison.

amedi dernier, dans les vestiaires du stade Pompidou à Valence, au cœur de l’euphorie suscitée par l’accession à la Pro D2 de son club, Johann Authier s’est adressé au groupe en se projetant vers la finale du Jean-Prat : « Vous venez d’écrire une grande page de l’histoire du club, vous allez maintenant avoir la possibilité d’écrire une page de l’histoire du rugby français. » Le manager de Valence-Romans faisait ainsi référence à l’ultime défi qui attend son équipe, celui de boucler la saison en demeurant invaincue, une performance au caractère exceptionnel qui viendra s’ajouter à l’enjeu de la conquête d’un titre de champion de France.

Sacré à deux reprises en Pro D2 avec Oyonnax, comme joueur puis comme entraîneur, Johann Authier est bien placé pour apprécier la valeur de cette récompense suprême : « Quand l’opportunité de décrocher un titre se présente, il faut savoir la saisir. Ce groupe a été exemplaire durant toute la saison et il mérite d’aller au bout de son histoire. L’objectif initial était ciblé sur la montée, dans le cadre de notre projet Damiers 2020. L’avoir atteint constitue une forme d’aboutissement, mais dans la carrière d’un joueur la saveur d’une montée et celle d’un titre sont totalement différentes. Pouvoir soulever un bouclier est quelque chose d’exceptionnel. » 

Une envie de faire encore plus

La règle de l’exception sera ainsi au cœur de la motivation drômoise, sans crainte d’une quelconque décompression née du sentiment du devoir accompli en ayant poussé les portes de l’étage supérieur. « Il nous reste 80 minutes pour parachever notre saison. Les joueurs sauront se remobiliser. Ils ont envie de faire plus » assure Johann Authier qui n’a retrouvé ses joueurs que ce mardi, après leur avoir laissé 48 heures pour savourer leur réussite. « À ce stade de la saison, nous sommes avant tout sur la recherche de la fraîcheur physique et sur une approche stratégique. Nous avons laissé des plumes face à Blagnac et il était important de laisser au groupe la possibilité de se régénérer. Nous avons fixé un cadre pour préparer ce match et maintenant nous allons laisser les clés aux leaders du jeu pour aborder cette finale » poursuit le manager drômois qui a bien sûr suivi avec attention le duel de Rouen avec Albi.

« Eux aussi ont eu droit à une confrontation engagée. Dès le début de la saison, cette équipe de Rouen faisait figure de favori et elle a assumé son statut. » D’un côté comme de l’autre les souvenirs de la double confrontation de la saison passée nourriront sans doute l’approche du rendez-vous. « Chacun s’était imposé chez l’adversaire, sans lui laisser de bonus défensif, se souvient Johann Authier. Cela promet un match ouvert, avec un beau rugby. » Pour préparer cette finale, les Drômois auront eu un jour de moins que les Normands, un décalage compensé par un déplacement plus court. « Tout cela ne pèsera pas. Nous allons jouer une finale et dans ces moments-là on trouve des ressources insoupçonnées » assure le manager drômois qui rêve d’une 25e victoire en 25 matchs pour définitivement valider l’exception

Jean-Pierre DUNAND
Sur le même sujet
Réagir