• Sébastien Piqueronies (entraîneur de l'équipe de France de moins de 20 ans)
    Sébastien Piqueronies (entraîneur de l'équipe de France de moins de 20 ans) Icon Sport - Icon Sport
Publié le / Modifié le
Entretiens

Piqueronies : « Être digne de notre esprit bleu »

À l’heure de donner le coup d’envoi de la compétition, Sébastien Piqueronies, entraîneur de l'équipe de France moins de 20 ans, sait qu’il peut compter sur un groupe de qualité.

Midi Olympique : Après avoir effectué l’intégralité de la préparation avec 37 joueurs, vous avez attendu le dernier moment pour annoncer la liste des 28 sélectionnés pour la Coupe du monde. Pourquoi ?

Sébastien Piqueronies : On a toujours travaillé avec 37 joueurs parce que l’on est persuadé que l’on ne peut être performant à la Coupe du monde qu’en ayant vraiment mobilisé beaucoup de garçons. Pour faire des séances de qualité il faut que l’on soit plus que 28, afin que les partants puissent profiter d’une saine émulation. Il faut aussi que l’on soit plus nombreux pour être persuadés que les garçons qui vont jouer en Argentine font partie du projet de jeu, de l’équipe et du groupe. C’est donc la raison pour laquelle on avait arrêté le nombre à 37 jusqu’au dernier moment. Pour s’assurer d’avoir des garçons de grande confiance en réserve et surtout d’avoir des garçons totalement boostés qui partent en premier.

Que pouvez-vous nous dire sur votre groupe ?

S.P. : Pour être performants au Mondial, on compte évidemment sur tout le monde. On a la chance d’avoir un effectif qui est homogène en qualité et qui présente des profils que l’on a choisis différents et à nos yeux complémentaires. C’est un groupe avec beaucoup de qualité, à nous de bien articuler cette équipe pour qu’elle présente face à chaque adversaire le plus de force possible. Tant mieux, c’est une chance, ça veut dire qu’on a un réservoir intéressant de jeunes joueurs français et j’espère surtout que l’on va en tirer des enseignements positifs dès mardi.

Vous avez d’ailleurs fait le choix de conserver huit joueurs qui ont été sacrés l’an dernier. Vont-ils avoir un rôle particulier à jouer ?

S.P. : Tous les huit sont entièrement conscients d’appartenir à une nouvelle aventure et veulent créer quelque chose de nouveau. Après, pour répondre à votre question, qu’est-ce que j’en attends ? Qu’ils soient tout simplement rayonnants, heureux, pétillants et qu’ils prennent un maximum de plaisir dans cette nouvelle aventure. Ils n’ont aucune pression particulière sur les épaules, si ce n’est de se servir de leur expérience de joueurs peut-être un peu plus confirmés pour essayer d’évoluer dans un rugby de plaisir.

Il n’y a donc aucune pression à l’heure de défendre votre titre ?

S.P. : Non, aucune. La seule pression que l’on a c’est d’avoir un bon comportement, staff et joueurs, un comportement digne de notre esprit bleu et de notre rugby français, ça, c’est la première des pressions. La deuxième c’est de produire un jeu fait de mouvement de vitesse de justesse technique et de prise d’initiatives. S’il devait y avoir une pression elle est uniquement sur ces deux points.

Léo-Pol Platet
Sur le même sujet
Réagir