• Rêver plus grand
    Rêver plus grand
Publié le / Modifié le
Portraits

TO : Rêver plus grand

Véritable cadre du TO, Anthony Marion partage son amour du rugby à XIII au travers de son histoire et de son objectif de super league la saison prochaine.

"Je savais que je voulais faire du rugby mon métier. J’ai regardé un peu autour de moi ce qui se faisait. J’ai joué à XV mais je n’ai pas pris de plaisir. Comme c’était surtout ça que je cherchais, prendre du plaisir dans le sport que je pratiquais, j’ai opté pour le XIII." Antony Marion naît le 12 janvier 1994 à Albi. Issu d’une famille amoureuse du XIII, il a "commencé à 3 ans et demi." Depuis, c’est de haut niveau dont il rêve. "L’intensité physique, le rythme et la vitesse" le poussent à choisir le XIII plutôt que le XV. "On touche davantage de ballon et on défend plus. C’est un sport totalement différent."

Passé par Albi, il intégrera le centre de formation et le groupe de la première du TO durant l’édition 2014-2015. Une année riche en émotion puisque, à peine arrivé au club, il remporte le championnat de France. "C’est pour l’instant mon plus beau souvenir. Je suis arrivé à Toulouse dans l’optique d’intégrer la Super League en Angleterre. J’ai donc rejoint deux amis d’enfance qui étaient déjà au centre de formation. Nous avons donc remporté le titre tous les trois. Nous avons commencé ensemble et on se retrouve plus de quinze ans après à soulever le bouclier de champion de France. C’était quand même quelque chose !"

Dans les pas de vedettes comme Darren Lockyer ou encore Greg Bird, qui ont bercé son adolescence, le joueur de 25 ans voit les choses en grand avec le TO : "L’année prochaine, il y a la volonté de monter en Super League. On ne s’en cache pas du tout. " Pour cela, il faudra d’abord terminer dans le top 5 et remporter le championnat (une seule montée cette saison) pour rejoindre les Dragons catalans au niveau supérieur.

Objectif Super League

Pour l’heure, Toulouse est deuxième du Championship avec 22 points, à six longueurs du leader, Toronto. Si le club arrive à tenir le cap, ils seront de sérieux concurrent à la montée. L’une des forces de l’équipe est de tirer son épingle du jeu par rapport au rugby anglo-saxon. "Les Anglais, c’est un jeu très physique, ce qui est différent de nous, qui sommes beaucoup dans l’évitement. On aime bien déplacer le jeu. On sait que, physiquement et en terme de rythme, on arrive à tenir plus longtemps. Nous sommes plus endurants. Après, c’est des équipes qui jouent très propres, qui essaient de faire craquer l’adversaire et ils se nourrissent des fautes adverses." Le TO XIII est une équipe qui progresse et qui évolue. Reste donc à faire en sorte que ce rêve de Super League devienne réalité.

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir