• Les supporters de Clermont en finale de Challenge Cup
    Les supporters de Clermont en finale de Challenge Cup Icon Sport -
Publié le / Modifié le
Top 14

L'engouement clermontois n'a jamais été démenti

Le président Éric de Cromières le notait avec satisfaction, en début de saison : "Notre année dernière est un accident. Il ne faudra pas qu’il se reproduise trop souvent mais je note que, malgré cet échec, l’engagement de nos partenaires est indemne. Idem du côté des supporters : l’enthousiasme n’a absolument pas faibli." Un petit soulagement avant de se projeter définitivement vers l’avenir : très vite, la machine clermontoise s’est remise en route sur le terrain et, en tribunes, la folie jaune et bleue a repris sa marche en avant.

Au Marcel-Michelin, les supporters auvergnats ont une nouvelle fois fait bingo : sur le podium des affluences et des taux de remplissage en Top 14, ils ont surtout une propension exceptionnelle à se déplacer loin de leurs terres pour supporter les leurs. Le sommet de la saison restera les 500 supporters qui avaient effectué le long déplacement jusqu’à… Timisoara, en Roumanie ! Un match avec un enjeu mineur, une équipe très largement remaniée et construite autour des jeunes du centre de formation mais, côté tribunes, une ferveur clermontoise toujours au beau fixe. Qui fait mieux, en Europe et dans le monde ? Personne.

Bordeaux, capitale d’Auvergne

L’engouement des supporters clermontois, immense pour leur équipe, s’exporte également à l’ensemble du rugby et plus spécialement pour ces week-ends de demi-finales qu’ils chérissent. Il y a deux ans à Marseille, la vague jaune dans les rues phocéennes avait marqué les locaux. L’an dernier à Lyon, alors que leur équipe favorite n’était pas conviée, ils étaient tout de même 2 500 à avoir effectué le court déplacement. Cette fois, à Bordeaux, ce sont plus de 10 000 supporters clermontois qui sont attendus au stade Matmut Atlantique. Une grande partie (entre 7 000 et 8 000) effectuera le pèlerinage depuis l’Auvergne. Le reste vient des quatre coins de France. Avec des clubs de supporters établis à Paris, Bordeaux ou dans les environs de Lyon, Perpignan et même Toulon, la toile jaune et bleue est unique en son genre.

Sur le même sujet
Réagir