• Le Sud-africain Deon Fourie livre sa dernière saison sous le maillot lynnais. La plus aboutie, aussi. Photo Icon Sport
    Le Sud-africain Deon Fourie livre sa dernière saison sous le maillot lynnais. La plus aboutie, aussi. Photo Icon Sport
Publié le / Modifié le
Entretiens

Fourie : Un beau cadeau de départ

L’un des plus anciens de l’effectif réalise une excellente fin de saison. Il aimerait décrocher un deuxième bouclier de champion de France, après celui de Pro D2, gagné en 2016.

Deon Fourie a vécu un dernier week-end éprouvant, physiquement et psychologiquement. Samedi, il a disputé son dernier match sous les couleurs du Lou, au stade de Gerland. "Avec en plus la chaleur et la fatigue du match, il y avait vraiment beaucoup d’émotions au coup de sifflet final."

Le lendemain, en fin d’après-midi, il a appris qu’il évoluerait en Pro D2, à Grenoble la saison prochaine, où il a signé deux ans en cours de saison. Il n’a pas regardé le match, pour épargner ses nerfs et privilégier la récupération chez son compère de la troisième ligne, Liam Gill, avec qui il forme un duo redoutable depuis le retour de blessure de l’Australien. "J’étais chez Gilly pour manger un morceau et profiter de la piscine, souffle le Sud-Africain. J’ai vu le résultat après la rencontre… C’est la vie."

Et la vie peut être vache, le Sud-Africain le sait bien. Polyvalent, capable d’évoluer au talonnage, il a été placé à ce poste par un entraîneur plus jeune, en raison de son gabarit atypique (1,78 m, 100 kg). Ça en dit long sur l’engagement et l’abnégation du joueur, qui ne revendique rien, continue de travailler. Et a eu la chance de voir son travail reconnu par un management qui l’a aidé à progresser et à valoriser son potentiel. Lors une saison d’adaptation en Top 14, dans une équipe du Lou en déliquescence sur la fin de saison, il fut réduit à un rôle de joker. Son punch vit des merveilles en sortie de banc.

Avec Thibaut Regard, Julien Puricelli et Toby Arnold, il est l’un des quatre joueurs de l’effectif à avoir vécu cette saison terminé à la dernière place et avoir participé à la remontée avec le titre en Pro D2 la saison suivante. "La progression du Lou est très grande. Depuis l’arrivée de Pierre, nous progressons chaque année. J’espère que nous pourrons aller en finale et gagner le titre."

Un temps sparring-partner de luxe

À l’arrivée de Pierre Mignoni, il fut rarement une option principale, que ce soit au talonnage, ou en troisième ligne, son poste de prédilection, où il a été vite replacé. Son hyperactivité sur le terrain était hélas trop débordante aux yeux des arbitres, prompts à sanctionner le jouer dans les rucks. "Il est plus propre dans sa discipline, dans son jeu, se réjouit Pierre Mignoni. Il est beaucoup plus respecté par les arbitres parce qu’il est plus discipliné. Il a effectué un gros travail sur lui. Il a fait énormément de progrès." Le joueur, et l’équipe, en ont en partie récolté les fruits contre Montpellier. Il a été au four et au moulin, ferraillant dans les rucks avec son énergie habituelle, récupérant notamment un ballon précieux en fin de match, et a réussi à porter le ballon derrière une mêlée en difficulté. Pas mal, pour un joueur qui disputait son premier match de phase finale en France. La saison dernière, à Toulon, puis contre Montpellier, il avait joué les sparring-partners de luxe.

"Mais j’ai déjà joué des demi-finales en Afrique du Sud, quand j’évoluais chez les Stormers, rappelle le joueur. Je connais la pression inhérente aux phases finales."

Il espère maintenant jouer son dernier match sous le maillot du Lou le plus tard possible. Pour partir dans les Alpes avec un deuxième bouclier décroché avec le Lou, le plus beau d’entre tous. Il croit en tout cas aux chances de son équipe. "Clermont est resté en haut du classement toute la saison. Cette équipe est composée de très bons joueurs. Si nous parvenons à bien jouer, à faire de bonnes choses, je pense que nous pouvons gagner."

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir