• Arthur Iturria (Clermont) contre Lyon lors des demi-finales de Top 14
    Arthur Iturria (Clermont) contre Lyon lors des demi-finales de Top 14 Patrick Derewiany / Midi Olympique -
Publié le / Modifié le
Top 14

Iturria, le doute

Touché à l’épaule gauche, le 3e ligne clermontois devra passer de examens ce lundi.

On l’a vu sortir un première fois, à la vingt-deuxième minute, remplacé temporairement par Judicaël Cancoriet. Puis une seconde fois, définitivement, à la soixante-et-onzième minute, flanqué d’un médecin du club, en se tenant cette fois clairement l’épaule gauche. Dès lors, faut-il s’inquiéter pour la participation d’Arthur Iturria à la prochaine finale du Top 14, samedi soir (21h) au Stade de France ? « Pour l’instant, il est trop tôt pour le dire. Il faudra un diagnostic plus approfondi », fermait Franck Azéma dimanche soir. Avant d’en dire un peu plus : « Les premières constatations nous font penser que ce n’est pas trop grave mais chaque jour, chaque heure va compter dans une semaine aussi condensée. »

Ce sera justement le grand défi de la semaine des Clermontois. Avec seulement six jours pour préparer leur finale, soit un de moins que leur adversaire toulousain et que la programmation des années précédentes, Franck Azéma et son staff vont aller à l’essentiel. « De toute façon, ce n’est jamais une semaine de finale que vous vous inventez un nouveau rugby. Il n’y a rien à révolutionner dans ces moments. Juste à répéter quelques basiques. » Et récupérer, physiquement, de l’intense bataille de Bordeaux où les Lyonnais ont vendu chèrement leur peau. « Ce sera la priorité pour nous. Six jours, c’est vraiment peu. On va surtout tâcher de se refaire une santé », confirmait Lopez.

Préparation anticipée

Pour s’en sortir, les Clermontois avaient anticipé cette problématique. Qualifiés pour les demi-finales depuis plus d’un mois et sans match à enjeu majeur dans ce laps de temps, ils ont eu tout le loisir de remettre des séances de préparation physique à leur programme. « C’était la dernière occasion de le faire, on en a profité pour taper un peu dans le dur ces dernières semaines », admet Azéma. « Avant de retrouver un programme plus allégé la semaine de match, pour monter doucement en pression vers l’événement. » Ce travail devrait aussi leur permettre d’arriver dans un état physique plus qu’acceptable pour cette finale, malgré le peu de temps de préparation. Et si Iturria venait effectivement à tenir sa place, il est peu probable que Franck Azéma modifie son XV de départ pour le feu d’artifice de Saint-Denis. Qu’importe la proposition toulousaine. « On se concentre surtout sur nous, moins sur l’adversaire. » Cela vaut aussi pour les compositions d’équipe

Sur le même sujet
Réagir