• Antoine Dupont (Toulouse) contre La Rochelle en demi-finale du Top 14
    Antoine Dupont (Toulouse) contre La Rochelle en demi-finale du Top 14 Icon Sport -
Publié le / Modifié le
Top 14

Toulouse : l’inconnue du 10

La prestation plus que mitigée de Ramos à l’ouverture, autant que la réussite de l’association Bézy-Dupont, a relancé le débat sur la composition de la charnière au Stade de France. Et donc sur le nom de celui qui mènera le jeu toulousain.

C’est une rareté à ce niveau-là mais le Stade toulousain va aborder sa finale de Top14 sans un ouvreur installé. Aujourd’hui, il est difficile de dégager une tendance pour savoir qui portera le numéro 10 au Stade de France. C’est même, et sûrement, la seule grosse incertitude de la composition des Rouge et Noir. Cette saison, c’est l’Australien Zack Holmes qui a le plus été utilisé à ce poste puisqu’il y a débuté à vingt-deux reprises, toutes compétitions confondues. Le hic ? C’est qu’après son carton rouge reçu en quart de finale de Champions Cup au Racing 92, Holmes a enchaîné par une commotion contre Clermont dont il a mis du temps à se remettre. Au point de rater la demie au Leinster puis d’enchaîner les pépins physiques derrière.

Récemment gêné par de fortes douleurs aux adducteurs, le joueur ne s’est quasiment pas entraîné lors du stage en Espagne et le staff a même préféré ne pas le placer sur la feuille de match contre La Rochelle. Il faut dire qu’il compte d’autres solutions. C’est par exemple Antoine Dupont, irrésistible quand il avait été décalé à l’ouverture à la U Arena en cours de match, qui avait remis ça en Irlande. Samedi, c’est Thomas Ramos, en partie victime du replacement fructueux de Cheslin Kolbe à l’arrière, qui célébrait sa sixième titularisation de l’exercice en 10. Ceci au nom de sa réussite dans l’exercice dans les tirs au but. Mais, comme à l’Aviva Stadium (il était numéro 15), l’international français a affiché une vraie fébrilité dans les grands rendez-vous. Auteur de plusieurs erreurs dans le jeu, il n’a converti qu’un coup de pied sur quatre. Largement insuffisant pour un buteur de sa trempe, ce qui a contraint Ugo Mola à le sortir tôt en deuxième mi-temps pour associer Sébastien Bezy à Dupont et se passer d’un artilleur de métier. L’association a toutefois fait des merveilles et clairement influé le cours des événements. Voilà qui pourrait donner envie de les reconduire à Saint-Denis.

Dupont, Ramos, Ntamack ou Holmes ?

Mola peut-il vraiment se passer d’un spécialiste face aux poteaux au départ d’une finale ? Cela semble risqué. Peut-il alors replacer Ramos à l’arrière et Kolbe à une aile ? C’est peu probable tant le Sud-Africain est précieux quand il a du champ devant lui. Sur le banc à Bordeaux, Romain Ntamack, qui a fini le dernier Tournoi des 6 Nations dans la peau de l’ouvreur attitré du XV de France, aura-t-il sa chance ? La cote est basse, car le champion du monde moins de 20 ans n’a apporté les garanties nécessaires quand il a joué à ce poste en club. Il reste donc une option en forme de pari : relancer Holmes pour la rencontre la plus importante de la saison.

Il est sûrement celui qui a le plus de repères collectifs et reste un buteur fiable. C’est de toute façon ce que Mola a coutume de nommer « un sympathique casse-tête. » Et Dupont, après la victoire samedi, de nous affirmer : « Avoir des joueurs polyvalents a été notre force ces derniers mois. C’est une bonne chose pour les coachs de savoir qu’ils peuvent modifier leur équipe en fonction de l’adversaire ou du scénario de match. Puis, même si un mec a le 10 dans le dos, notre système réclame de responsabiliser les deux centres ou l’arrière qui prennent souvent le ballon en position d’ouvreur. Je ne vois pas ça comme de l’instabilité mais au contraire une qualité. » 

Midi-Olympique.fr
Sur le même sujet
Réagir