• Laurent Travers (entraîneur du Racing 92)
    Laurent Travers (entraîneur du Racing 92) Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Entretiens

Travers : « Programmation contre adaptation »

Avec son équipe, il n’a jamais battu ni Toulouse, ni Clermont cette saison. Mais il a passé quelques heures devant son ordinateur à essayer de décrypter le jeu de ces deux formations. Et avec beaucoup de transparence, il a accepté de livrer quelques clés de la prochaine finale.

Sur le plan du jeu, que vous inspire cette opposition entre Toulouse et Clermont ?

Laurent Travers : C’est ce qui s’est fait de mieux tout au long de la saison. Tout simplement. Ce sont deux équipes avec des systèmes de jeu quasiment identiques. Un exemple : au centre d’un côté, il y a Moala avec Fofana et de l’autre Ahki et Guitoune. Ce sont des forces similaires. Sur les ailes, d’un côté, c’est Médard et Huget face Penaud et Raka. Et les deux équipes se reposent sur des paquets d’avants très conquérants. Mais en termes de jeu, je dirai que Clermont est un peu plus dans un système programmé. Sur les lancements, j’ai le sentiment qu’il y a au moins trois temps de jeu prédéfinis alors que Toulouse programme un peu moins ses temps de jeu. En revanche, les Toulousains excellent dans l’adaptation. Et tout ça, avec deux équipes dont les défenses sont hermétiques. Ça promet vraiment une très belle finale.

La possession de balle sera-t-elle capitale ?

L.T. : Oui et en cela les phases de rucks seront essentielles. Pour les deux équipes, la capacité à mettre son jeu en place dépend des libérations de balle rapide ou non. Ces deux formations ont l’habitude de sortir les ballons très vite. Sur sa demi-finale Clermont a été embêté en début de match par les Lyonnais qui ont beaucoup contesté et ralenti les ballons. Ensuite, les Clermontois ont mis plus d’intensité sur les zones de déblayage. C’est ainsi qu’ils se sont rendus la tâche plus facile. Après, Toulouse a une capacité à jouer un peu plus debout que ne peut le faire Clermont. La caractéristique des Clermontois, c’est de casser la ligne adverse, d’avancer à l’impact et de jouer dans l’avancée en passant un peu plus par le sol.

Ces deux équipes se sont très largement appuyées sur leur mêlée fermée pour se qualifier pour la finale. à qui l’avantage ?

L.T. : Sur la phase régulière, Clermont c’est l’équipe qui a provoqué le plus de fautes de la part des mêlées adverses. Ce n’est pas un hasard et ce sera à prendre en considération.

Est-ce que la capacité des Clermontois à enchaîner les temps de jeu sera un avantage face aux Toulousains ?

L.T. : C’est aussi pour quoi les Clermontois passent plus souvent par le sol. Mais ils mettent tellement de vitesse dans les libérations de balle qu’ils arrivent à se mettre très vite dans l’avancée. Mais c’est vrai que les Clermontois ont vraiment besoin de tenir beaucoup le ballon. Ils recherchent l’usure parce qu’ils ont ensuite de nombreux facteurs X pour faire la différence. Mais attention au moindre ballon perdu. Les Toulousains se nourrissent des « turn-overs ». C’est dans l’ADN de cette équipe qui est très bien organisée pour passer d’une situation de défense à une situation d’attaque. C’est vraiment une équipe de contre alors que Clermont a inscrit deux essais en première main contre Lyon. On aura une opposition entre programmation contre adaptation

Les deux équipes ont des joueurs performant dans les relances de fond de terrain. Peut-on imaginer un scénario de match sans jeu au pied ?

L.T. : Peut-être pas, mais ce sera essentiellement du jeu au pied de pression. À mon avis, il n’y aura pas de jeu au pied d’occupation dans l’ère qui pourrait offrir un ballon de relance. Ou alors, ce sera un coup de pied raté.

Est-ce une finale de rêve ?

L.T. : C’est la finale la plus logique qui récompense les deux équipes les plus performantes, les plus régulières et les plus méritantes.

Peut-on s’attendre à une orgie de jeu ?

L.T. : Non, je n’y crois pas. Mais pour autant, les deux équipes ne se renieront pas, elles conserveront leur philosophie de jeu. Seulement, ce sont deux très grosses défenses.

Un pronostic quand même ?

L.T. : Non, mais je vois bien des prolongations. 

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir