• Jean Baptiste Aldigé (Président de Biarritz olympique) et Philippe Tayeb (Président de  l'Aviron bayonnais)
    Jean Baptiste Aldigé (Président de Biarritz olympique) et Philippe Tayeb (Président de l'Aviron bayonnais) Icon Sport - Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Aldigé et Tayeb, ça a chauffé !

En marge de la première demi-finale Toulouse-La Rochelle, les présidents bayonnais et biarrots se sont accrochés.

Au pays Basque, le bonheur des uns ne fait pas forcément celui des autres. Précisément, la réussite de l’Aviron n’a pas apaisé les tensions avec le voisin biarrot. Bien au contraire. Samedi, à la mi-temps du match Toulouse-La Rochelle, les présidents Jean-Baptiste Aldigé et Philippe Tayeb ont failli en venir aux mains en pleine tribune officielle, avant d’être séparés par deux présidents de club sidérés.

Renseignements pris, c’est le Bayonnais Philippe Tayeb qui a d’abord sollicité la "rencontre". Voulant mettre les choses au clair sur la ligne de communication de son alter ego, qu’il juge trop souvent agressive à l’encontre de "son" Aviron bayonnais, Tayeb a émis les premiers reproches, revenant notamment sur l’épisode des accusations de propos homophobes à l’encontre des supporters bayonnais et pour lesquelles Aldigé avait déposé plainte le 26 mars dernier. Dans un communiqué, le BOPB avait alors dénoncé "l’attitude des dirigeants bayonnais […] qui ont choisi d’ignorer et donc de cautionner".

"Cette affaire ne doit pas en rester là"

Pour rappel, les deux clubs, rivaux historiques et détenteurs du derby le plus chaud du rugby hexagonal, s’étaient également écharpés cet hiver autour du rachat envisagé par la BOPB de la régie publicitaire de l’Aviron bayonnais.

Autour de tous ces sujets, le ton est donc monté. D’abord sonore, l’échange est ensuite devenu plus physique, les deux présidents se repoussant avant de s’empoigner, sous les yeux médusés des autres présidents du Top 14 et du Pro D2. "Les gens qui ne sont pas capables de se respecter n’ont rien à faire au rugby. Ils n’ont rien compris à l’histoire…" pestait après coup un autre président. "Ces comportements sont inadmissibles et ne me dites surtout pas que cela fait partie du folklore. C’est ridicule." Un autre : "Cette affaire ne doit pas en rester là." Tayeb et Aldigé devraient effectivement être convoqués par Paul Goze, président de la LNR, pour s’expliquer sur ce comportement aux yeux de tous.

Emmanuel Massicard avec Léo Faure
Réagir