• Stade Rennais Rugby
    Stade Rennais Rugby Photo DR -
Publié le / Modifié le
Amateurs

Une page se tourne à Rennes

Les fins de carrière du capitaine historique Lilian Caillet et de deux autres coéquipiers Bretons projettent l'équipe dans un nouveau chapitre de son histoire. 

Lilian Caillet, malgré sa jeunesse qui n’a pas encore trente ans, a décidé de mettre un terme à sa carrière et l’équipe du Rennes Etudiant Club vient de perdre la poutre maîtresse de ses fondations collectives, qui figurait un marqueur de son ascension maîtrisée. Ce troisième ligne formé au Lou avait commencé en Fédérale 3 sous les ordres de Guillaume Comméat. La montée en Fédérale 2, la montée en Fédérale 1, jusqu’à cette dernière saison formidable, où ce club promu a damé le pion à la concurrence pour se qualifier en phase finale dès sa première saison en élite amateur, a accompagné pas à pas la formation métropolitaine vers sa maturité. Le manager Yann Moison, il y a trois ans lors de son retour à Rennes après son long passage au Rheu, en avait fait son capitaine emblématique. À cette époque, il avait quitté le club voisin en apportant dans ses bagages le deuxième ligne Antoine Forget et le troisième ligne David Métier.

Eux aussi ne seront plus là la saison prochaine. Le premier a décidé de retourner au Rheu en Fédérale 2, et le second a mis également un terme à sa carrière. «C’est toujours dangereux de perdre des joueurs qui savaient d’où on venait, a commenté Yann Moison. Ils étaient devenus des soldats bretons qui incarnaient un certain état d’esprit. On savait ce qu’ils savaient faire ou ne pas faire, mais le plus important, c’est qu’on savait à chacune de nos sorties quel serait leur niveau d’engagement.»

Ils ne sont pas les seuls partants. Le pilier Tristan Andouard (départ au Rheu), le talonneur Alexandre Fau (Limoges), et le troisième ligne Romain Fardoux (Suresnes), ne seront plus là eux non plus. Ce qui fait un paquet d’avants amputés de six éléments. Tous n’ont pas encore été remplacés. Le recrutement est toujours en cours. Dans leurs recherches, les responsables rennais tentent de maintenir une forme d’équilibre entre une jeunesse mordante et des joueurs déjà expérimentés. Les cinq joueurs qui ont déjà donné leur accord pour figurer dans le prochain effectif correspondant à cette volonté.

Tim Menzel en contrat pro

Les Rennais sont allés chercher le demi de mêlée Tim Wenzel au RC Vannes, qui occupait la troisième place dans la hiérarchie au poste. L’international allemand - dix-sept feuilles de match en Pro D2 la saison dernière - a été recruté sur contrat professionnel. À ses côtés, on trouve deux joueurs issus des espoirs du Racing 92, le pilier droit Atonio Ulutuipalelei (22 ans, 1,86m et 125 kg) et le talonneur Patrick Tuugahala (22 ans), un jeune troisième ligne venu de Wallis, Sailosi Nawavu (20ans, 1,92 m et 96 kg), et le centre de Narbonne François Alexis (24 ans, vingt et une feuille de match en Fédérale 1 la saison dernière). Trois ou quatre joueurs ont encore été ciblés. «Yann bénéficie de la même enveloppe que la saison dernière pour construire son effectif. Notre deuxième saison sera plus difficile, puisque ce sera la saison de la confirmation. Mais même si nous devrions augmenter encore légèrement notre budget, cette augmentation sera consacrée à d’autres impératifs que la consolidation de notre équipe fanion. Nous avons besoin de mieux structurer notre administration, et bien entendu, de toujours mieux accompagner notre formation », a expliqué le président Jean-Marc Trihan, qui depuis son arrivée, a bâti l’évolution de club spectaculaire la plus maîtrisée du championnat amateur. Le budget était de 500 000 euros il y a trois ans en Fédérale 3.

Il avait grimpé à 800 000 euros en Fédérale 2. Il était de 1,2 million d’euros la saison dernière, constitué à 82 % par cent cinquante partenaires privés. Quand Saint-Nazaire et Strasbourg périssaient de projets démesurés, les Rennais évoluaient sereinement en associant une vision de développement, une capacité à fédérer des partenaires économiques, et une débrouillardise sportive sans égale. Lilian Caillet et les autres soldats Bretons ont pris leur retraite en laissant derrière eux une équipe et un club en pleine progression. 

Guillaume CYPRIEN
Réagir