• Féminines - Élite 2 : les filles du Racing Nanterre à la relance
    Féminines - Élite 2 : les filles du Racing Nanterre à la relance DR - DR
Publié le / Modifié le
Féminines

Nord Paris : grand chambard au Racing-Nanterre

Après le maintien administratif acquis en Élite 2, les entraîneurs ont lancé un plan de développement pour consolider l'effectif.

L’équipe de Racing-Nanterre évoluera toujours en élite 2 la saison prochaine, malgré sa relégation sportive subie à la fin du championnat. La défection de Villelongue en Elite 1 lui a profité par un effet de dominos. Réunis en comité directeur en début de semaine, les responsables du club ont décidé de saisir l’opportunité du maintien administratif que la FFR leur a proposé, malgré les grandes difficultés vécues dans la division par ce collectif depuis de longues années. « On ne l’a pas fait sans se projeter dans le futur, a expliqué le président du club Marc Chevallier. Nous avons décidé de construire un nouveau projet ». Il sera porté par Vincent Lagasse, l’entraîneur de la saison dernière, qui deviendra le responsable en chef à la place de Stéphane Tisné, démissionnaire il y a déjà deux mois. Vincent Lagasse sera épaulé par Sébastien Rousselet, en provenance de GTO.

Recrutement et recrutement

Sur la durée, Marc Chevallier et ses entraîneurs évoquent dans leur plan la nécessité de bâtir une formation correspondante au niveau de l’Elite. Sur le court terme, Vincent Lagasse et Sébastien Rousselet ont agité leur réseau depuis quelques semaines pour compléter leur effectif. Sur les quarante-huit inscrites, « treize ne venaient pas du tout, et nous devrions avoir une dizaine d’arrêts ou de départ », a expliqué Vincent Lagasse. Ce qui laisse au club à peu près vingt-cinq joueuses opérationnelles. Les deux entraîneurs ont « tapé » tous azimuts pour compléter ce groupe, joueuses internationales de nations mineures (ils annoncent cinq internationales), étudiantes de Nanterre ou de l’équipe des « Bird » de la cité universitaire et joueuses FFSE en double licence. « Il me semble aussi que les rôles de chacun doivent être redéfinis. Au président de présider, à nous d’entraîner, et aux joueuses de jouer », précise Vincent Lagasse, qui fait référence ici à l’autonomie de ces joueuses issues de la migration des anciennes de Puteaux, quand le club avait été poussé hors les murs de la ville par la municipalité. Toutes, les anciennes et les nouvelles, et les autres qui seraient intéressées, ont été conviées à une grande soirée de détection, qui se déroulera le mercredi 19 juin au stade Vincent Pascucci (19 h 30). « Cette section accolée au grand nom du Racing mérite autre chose que de végéter dans son état actuel, dit Vincent Lagasse. Nous allons essayer de la sortir de sa torpeur. » 

Guillaume Cyprien
Réagir