• Maxime Lucu fait partie de notre XV de l'année de PRO D2
    Maxime Lucu fait partie de notre XV de l'année de PRO D2 Icon Sport -
Publié le / Modifié le
Pro D2

Le XV de la rédac' et des internautes

Au terme d'une saison riche en rebondissements et rencontres de haut niveau, la rédaction a élu son XV de la saison de Pro D2. Vous pourrez le comparer au XV qui a été plébiscité par les internautes de Midi Olympique, ce dernier mettant à l'honneur deux clubs ayant eu du succès...

Le XV de la rédaction

1. Damien Weber (Colomiers)

Spécialiste du poste, le pilier gauche fût une pièce maîtresse de la colombe dans sa quête du maintien. Véritable rouleau compresseur en mêlée fermée, bon nombre de ses adversaires se sont cassé les dents face à la technique et l’expérience du columérin. Toujours au service de l’équipe, il a également rendu service à droite de la mêlée columérine quand une cascade de blessures s’est abattue sur l’USC. Discret, taiseux, il est une valeur sûre de notre championnat.

2. Kévin Le Guen (Soyaux-Angoulême)

Fort, tonique et véloce, le talonneur angoumoisin s’est révélé cette saison au point de s’engager en faveur du Racing 92 pour la saison prochaine. Une juste récompense pour un joueur qui a porté son équipe toute la saison jusqu’à espérer une place parmi les barragistes.

3. Nemo Roelofse (Nevers)

Excellent en mêlée fermée, le pilier nivernais n’en demeure pas moins un excellent manieur de ballons. Tout au long de la saison, ses courses ont fait des dégâts au cœur des défenses et font de ce joueur, le pilier moderne par excellence. 

4. Peet Marais (Brive)

Excellent défenseur, cette véritable force de la nature excelle également dans le jeu au sol ou il gratte un nombre de ballons incroyable. Il est le deuxième meilleur gratteur du CAB derrière le capitaine Saïd Hirèche. Son énorme densité aura fait d’énormes dégâts sur toutes les pelouses de Pro D2. 

5. Dan Tuohy (Vannes)

Toujours à la pointe du combat, l’Irlandais a réalisé une saison pleine avec 24 titularisations et des performances titanesques dans le combat. Utilisé comme premier sauteur en touche, ce deuxième-ligne de devoir n’a jamais déçu notamment dans le secteur défensif et par activité dans les zones de rucks.

6. Jean-Baptiste Barrère (Béziers)

Dans la catégorie des besogneux, le troisième-ligne biterrois truste les premières places. Incroyable guerrier, infatigable plaqueur et leader hors pair, il est un des fers de lance de l’ASBH depuis maintenant plusieurs saisons. Capable de se transcender pour amener ses partenaires dans son sillage, il fait aujourd’hui partie des tous meilleurs flankers du championnat. 

7. Joseph Edwards (Aix-en-Provence)

Capitaine de Provence Rugby, le néo-zélandais fût un véritable exemple pour ses partenaires. Il a impressionné par sa régularité et sa capacité à répéter les efforts à haute intensité. Gros plaqueur, il est également un superbe attaquant doté de qualités physiques impressionnantes. 

8. Hugo Fabrègue (Nevers)

Disposant d’une capacité de perforation au-dessus de la moyenne, le numéro 8 de l’USON n’a cessé de gagner du terrain et de faire mal à ses adversaires, une formidable rampe de lancement pour ses trois-quarts. Ce dernier a joué à merveille son rôle de perce muraille dans un style, peu académique certes, mais diaboliquement efficace. 

9. Christophe Loustalot (Mont-de-Marsan)

Parfait gestionnaire, le demi de mêlée montois est le véritable patron de son équipe. Très à l’aise dans le jeu au pied d’occupation et de pression, il occupe une place prépondérante dans le système de jeu de David Auradou et Christophe Laussucq. 

10. Maxime Lucu (Biarritz)

La classe, tout simplement. Véritable métronome, capable d’évoluer à la mêlée comme à l’ouverture, le capitaine biarrot a réalisé une saison monumentale malgré la non qualification de son équipe pour les phases finales. Buteur de grande classe, il fût le véritable général d’une équipe totalement à l’agonie en milieu de saison. À la fois gestionnaire, animateur et chef de meute, ses qualités n’ont pas échappé aux sirènes du Top 14. En effet, il évoluera du côté de Bordeaux la saison prochaine.

11. Dug Codjo (Oyonnax)

Véritable pile électrique, il fût un formidable relanceur tout au long de la saison. Avec 12 essais inscrits, il est le deuxième meilleur marqueur du championnat. Sa pointe de vitesse phénoménale a souvent permis aux Oyomen de se sortir de situations difficiles depuis le fond de terrain. Il fait partie de ces joueurs spectaculaires capables de faire basculer une rencontre à eux seuls.

12. Romain Barthélémy (Bayonne)

Trois-quarts centre « à l’ancienne », l’ancien albigeois est à créditer d’une saison pleine ponctuée d’un titre de champion de France avec l’Aviron. Très gros défenseur, il a parfaitement joué son rôle en soulageant Tristan Tedder ou Manuel Ordas dans ce secteur-là. Sur le plan offensif, il a énormément pesé sur les défenses par ses nombreuses charges, à l’image de sa prestation en finale face au CA Brive. Sa gestuelle millimétrée n’est qu’une corde de plus à son arc. En résumé, un joueur propre qui ne déçoit jamais. 

13. Stuart Olding (Brive)

Le monsieur plus du CAB cette saison. Capable d’évoluer au centre comme à l’ouverture, l’Irlandais a souvent régalé le public d’Amédée Domenech par son incroyable science du jeu. Leader technique de la ligne d’attaque corrézienne, il a souvent placé sur orbite ses partenaires et distillé de millimétrés jeux au pied pour ses ailiers. Un joueur de grande classe.

14. Josaia Raisuqe (Nevers)

Le joueur le plus décisif du championnat. Avec ses 15 réalisations cette saison, il est le meilleur marqueur du Pro D2. Ses qualités physiques hors normes lui permettent de faire d’énormes dégâts dans les défenses et de mettre sur les fesses bon nombre de ses adversaires. Sa vitesse est également un atout de poids qui lui permet régulièrement de casser les plaquages et traverser le terrain pour marquer des essais spectaculaires. Sa blessure a coïncidé avec la période délicate de l’USON.

15. Anthony Bouthier (Vannes)

Formidable relanceur, le futur montpelliérain a éclaboussé cette saison de sa classe. Malgré un gabarit modeste, il a connu sa meilleure saison sous le maillot vannetais. Ses relances ont enchanté le public de la Rabine au même titre que sa vision du jeu. Il fait partie de cette caste de joueurs qui « puent le rugby », un diamant brut qui découvrira les joutes du Top 14 dès la saison prochaine. 

Le XV des internautes

Brivistes et Bayonnais à l'honneur dans cette équipe-type et seulement 4 joueurs en commun avec notre rédaction.

Le XV de Pro D2 des internautes
Le XV de Pro D2 des internautes - Midi Olympique

Midi Olympique
Réagir