• Yoann Huget, auteur des 2 essais toulousains lors de la finale de Top 14 contre Clermont
    Yoann Huget, auteur des 2 essais toulousains lors de la finale de Top 14 contre Clermont Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Les étoiles du Midol : Kolbe-Huget, un duo en or

Trois étoiles

Premier homme à réaliser un doublé dans une finale depuis la création du Top 14, Yoann Huget a fait parler ses qualités de finisseur. Et plus globalement, l’ailier du XV de France a largement remporté son duel face à son concurrent, Alirereti Raka. Parce qu’il se fit oublier à deux reprises par son vis-à-vis sur ses essais, bien sûr, mais surtout parce qu’il le domina dans tous les duels aérien. Quant à son arrière Cheslin Kolbe, double passeur décisif, celui-ci s’est surtout signalé à contre-emploi. En contestant lui-même le ballon gagnant de la 80e, bien sûr, mais aussi en commettant cette « faute intelligente » sur Peceli Yato qui lui valut certes un carton jaune, mais fut peut-être le tournant du match... 

Deux étoiles

Dans ce succès amplement défensif, les troisième ligne toulousains Jerome Kaino, François Cros et Rynhardt Elstadt ont simplement été gigantesques d’abattage. Derrière eux, Antoine Dupont s’est avéré monumental dans tous les registres, sonnant à plusieurs reprises la charge des siens au travers de rushs dont il a le secret. Côté clermontois, Rabah Slimani a abattu un énorme travail en mêlée fermée, pas toujours récompensé par M. Garcès. Chapeau également à Judicaël Cancoriet, auteur d’une fantastique prestation alors qu’il remplaçait au pied levé Arthur Iturria.

Une étoile

Impossible de ne pas mentionner l’immense prestation au centre de Pita Ahki, qui s’est avéré impérial en défense lorsqu’il s’agit de canaliser les interventions dans la ligne de Penaud et Raka. Et que dire de Thomas Ramos ? Précis face aux poteaux, l’ouvreur stadiste a parfaitement mené la barque des siens stratégiquement en deuxième période, avant de conclure la partie à l’arrière. Non sans avoir joué un rôle essentiel sur les deux essais de son équipe, en particulier sur le second, avec une merveille de passe claquée pour Médard… 
Dans le camp des vaincus, il convient de saluer la prestation (toujours) solide du capitaine Fritz Lee et de son fidèle second Sébastien Vahaamahina, tandis que Peceli Yato a signé une entrée tonitruante. Mention également à Isaia Toeava, sonné d’entrée et pourtant danger numéro un de l’ASMCA pendant 80 minutes.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir