• Servat : "Le projet est monstrueux"
    Servat : "Le projet est monstrueux" Patrick Derewiany / Midi Olympique -
Publié le / Modifié le
Entretiens

Servat : « Le projet est monstrueux »

Après plus de 25 ans passés au Stade toulousain, l’ancien talonneur rejoint le staff du XV de France, avec un dernier Brennus en poche.

On a cru deviner beaucoup d’émotions sur votre visage à la fin du match. Vous confirmez ?

William Servat : Un titre de champion de France, c’est forcément beaucoup d’émotions, beaucoup de choses qui se bousculent dans la tête. On dit parfois après les matchs que ce n’est pas un aboutissement, qu’il reste du travail… Aujourd’hui, avec la saison qui a été faite, je pense qu’il faudra attendre quelques années pour trouver un groupe, une équipe qui puisse avoir autant de résultats. La saison a été extraordinaire. On a vécu d’autres saisons, on a eu la chance de gagner des titres au Stade toulousain — même si cela faisait un petit moment que l’on passait à côté — mais le groupe qui est présent aujourd’hui est sincèrement extraordinaire. C’est un mélange de fougue, de jeunesse, de caractère, les gars ont envie de provoquer les choses. Ces mecs-là arrivent à avoir des résultats comme on a pu en avoir, c’est une chance d’entraîner des gars comme ça. Les résultats font foi et on ne peut que les féliciter.

Avez-vous senti les Clermontois perturbés par l’absence d’Arthur Iturria ?

W.S. : Je n’ai pas envie de rentrer sur des détails techniques, ni de discuter de faits de jeu. J’ai plutôt envie de souligner la fraîcheur de notre groupe, de son état d’esprit. C’est très rare de voir des groupes de cette qualité. Il y a de la jeunesse mais aussi de l’expérience, avec des mecs comme Jerome (Kaino, N.D.L.R.) ou Charlie (Faumuina). Il y a aussi Sofiane Guitoune qui est un leader. Quelle saison il fait ! Le nombre de matchs, le temps de jeu… C’est un monument de la saison. On peut lui rendre cet hommage, il le mérite.

Comment avez-vous vécu ce dernier match ?

W.S. : Pleinement. Avec énormément d’envie, de préparation. On parlait d’aboutissement, c’est le prolongement d’une saison qui est assez exceptionnelle en termes de résultats. Même si la saison a été prolifique, on n’avait pas atteint notre objectif. Aujourd’hui c’est chose faite. Et quand on voit comment vit ce groupe, un groupe aussi sain, aussi performant et proche, c’est une chance.

Quittez-vous le club l’esprit tranquille ?

W.S. : Bien sûr. On a parfois vécu des moments pas faciles. Aujourd’hui, une chose est certaine : la nouvelle dynamique amorcée par le Stade toulousain est extraordinaire. La volonté de ce club est de grandir. Ce n’est pas encore fini, il y a des projets qui vont naître. Avec toute la matière grise qu’il y a au Stade toulousain, le projet est tout simplement monstrueux. Je souhaite à mon club de bien réussir.

Après plus de 25 ans au club, quel est votre sentiment à l’instant de quitter le Stade toulousain ?

W.S. : C’est particulier. C’est un chapitre de vie qui est extraordinaire. Le Stade toulousain est mon club de cœur. Cela aurait pu se terminer plusieurs fois entre les sollicitations et parfois les interrogations qui ont été posées. Mais cela n’a jamais été le cas. Je sais ce que j’ai fait pour le club, mais je sais aussi ce que je lui dois. C’est notamment l’opportunité d’aller entraîner l’équipe de France pour une Coupe du monde qui a lieu en France. C’est une opportunité extraordinaire et quoi que les gens puissent dire, l’équipe de France est représentative de notre pays, de notre rugby. Et avoir la chance de pouvoir entraîner la nation, l’équipe dont j’ai eu la chance de porter le maillot, c’est un honneur. Un honneur qu’il était impossible de refuser. C’est un événement que l’on ne peut avoir la chance de vivre qu’une fois dans sa vie. J’ai eu des échanges avec Fabien (Galthié) et Raphaël (Ibanez) qui ont été excellents. J’ai la chance de connaître les autres membres du staff, à part Shaw Edwards (futur entraîneur de la défense). Mais, quitter des mecs avec qui on a vécu tant de choses, ce n’est pas simple. Maintenant, peut-être que j’aurai la chance d’en côtoyer quelques-uns lorsque je serai avec l’équipe de France.

Réagir
Les commentaires (1)
Hubdemontmiral Il y a 2 jours Le 15/07/2019 à 12:12

Le projet est monstrueux comme l a été MONSIEUR SERVAT pendant un quart de siècle avec le stade Toulousain !!!!