• La capitaine Fanny Horta a mené les siennes dans un tournoi en demi-teinte. Les Bleues ont échoué en quart face au Canada, troisième nation mondiale. Photo Pablo Ordas
    La capitaine Fanny Horta a mené les siennes dans un tournoi en demi-teinte. Les Bleues ont échoué en quart face au Canada, troisième nation mondiale. Photo Pablo Ordas
Publié le / Modifié le
Reportages

Sevens : Les Françaises à leur place

L’équipe de France a alterné le très bon et l’un peu moins bon, ce week-end à Biarritz. Avec trois victoires pour autant de défaites, elle termine le tournoi au sixième rang.

Arrivées à Biarritz avec l’objectif, dans un coin de la tête, de se qualifier directement pour les Jeux Olympiques, les Françaises savaient qu’un alignement des planètes et un scénario plus que favorable étaient nécessaires pour qu’elles puissent valider leur ticket pour Tokyo dès dimanche soir. Elles n’y sont malheureusement pas parvenues.

Dépendantes du sort des Australiennes, les Tricolores n’ont pu que constater, samedi, que les championnes olympiques en titre, impressionnantes de maîtrise, ne se troueraient pas sur la première journée et atteindraient logiquement les quarts, synonymes de ticket pour les Jeux. Dans le même temps, les Bleues démarraient idéalement le tournoi par deux succès contre les Fidji (29-0) puis la Chine (36-0).

Étouffantes pour leurs adversaires, les Tricolores ont su, avec ces résultats, s’enlever la pression du tournoi à domicile et, surtout, rapidement se rassurer sur le secteur défensif (seulement cinq plaquages manqués face aux Fidjiennes puis deux contre les Chinoises). «Il fallait que l’on se focalise beaucoup sur ça», reconnaissait alors la capitaine Fanny Horta. Après des débuts en fanfare, les siennes, privées de ballons, ne pouvaient pourtant que constater la supériorité des Américaines samedi soir et s’inclinaient logiquement 19-7 dans le match pour la première place du groupe.

Un petit bémol qui n’enlevait rien au caractère positif de cette journée. «C’est la première fois que nous jouons un tournoi à la maison en étant capables de se focaliser vraiment sur la compétition et de faire avec l’environnement extérieur», soulignait David Courteix.

 

Horta : "Cette volonté de s’accrocher "

Le réveille-matin, dimanche, fut plus compliqué. Trop maladroites, les Bleues étaient battues dès les quarts de finale par la troisième nation mondiale, le Canada. «Il y avait l’envie de faire vite, de les surprendre, mais cette précipitation a entraîné des erreurs de maîtrise», regrettait Fanny Horta. Condamnée à disputer les matchs de classement et marquée par cet échec matinal, la bande à Horta avait ensuite toutes les peines du monde pour venir à bout de Chinoises qu’elles avaient étrillé la veille. Pleines de volonté, les Bleues attaquaient le dernier match du week-end contre les Australiennes et, malgré quelques plaquages appuyés, elles s’inclinaient logiquement 24-10. Un revers, certes, mais la capitaine Fanny Horta préférait voir le verre à moitié plein.

«Dans la façon dont on a fini le tournoi, c’est positif. Nous avons montré une équipe en place en défense mais c’est un sport tellement exigeant que la moindre erreur peut être fatale. Par contre, il y a toujours eu cette volonté de s’accrocher, de récupérer le ballon et d’essayer d’en faire quelque chose pour les mettre en difficulté.» Désormais, les siennes joueront à Marcoussis la première étape de la Coupe d’Europe qui déterminera, ensuite, le classement pour le tournoi qualificatif olympique de Kazan, mi-juillet. «La saison n’est pas finie, rappelait Horta. Mais le sept, c’est ça. Des répétitions, des répétitions. Il nous reste encore trois beaux tournois à aller chercher et une belle qualification à prendre.»

Midi Olympique
Sur le même sujet
Réagir