• Machenaud sous les couleurs de l'équipe de France
    Machenaud sous les couleurs de l'équipe de France Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
XV de France

Machenaud, celui qu’on n’attendait plus

Auteur d’une saison qui n’a démarré que fin décembre et marquée par un retour poussif à la compétition, Maxime Machenaud fait partie de la liste des 31 joueurs qui participeront à la prochaine Coupe du monde. Une vraie surprise.

Celle-là, bien peu de monde la voyait venir. Alors que Morgan Parra, Sébastien Bézy ou Baptiste Couilloud étaient les demis de mêlée les plus attendus pour accompagner Antoine Dupont et Baptiste Serin au Japon, le nom de Maxime Machenaud est sorti un peu à la surprise générale. L’intéressé, lui, y a toujours cru dur comme fer depuis son retour à la compétition à la toute fin de l’année 2018, huit mois après une rupture des ligaments croisés du genou. Il n’était pas donc pas le seul, Jacques Brunel lui ayant offert un des strapontins les plus inattendus de sa liste.

« Machenaud a fait le tournoi avec nous l’an dernier et a été prépondérant, a tenu a rappeler le sélectionneur, forcément interrogé sur le sujet. Il s’est imposé comme le demi de mêlée numéro 1 mais s’est blessé ensuite. Il n’est revenu que fin décembre dans des conditions un peu spéciales, avec un décès dans sa famille. C’était donc prématuré de le prendre pour le Tournoi. Il a retrouvé depuis toutes ses qualités. Il est aussi un buteur très efficace, ce qui est un paramètre à prendre en compte. Le choix a été fait en fonction de tous ces critères ».

Ici, face à l'Italie
Ici, face à l'Italie - Icon Sport

« La blessure de Parra entre aussi en compte »

Un choix qui pousse à la réflexion sur plusieurs thématiques, en comparaison avec les trois écartés cités plus haut. Incontestablement, Maxime Machenaud est un buteur fiable, ce qui permet à Jacques Brunel de l’envisager en association avec Camille Lopez, pas le buteur numéro 1 à Clermont, au même titre qu’avec Baptiste Serin. Morgan Parra aussi est très fiable dans l’exercice et a plus d’automatismes avec le natif de Mauléon que le Racingman. Dès lors, pourquoi n’y est-il pas ? « La blessure de Morgan (rupture totale du ligament tibio-fibulaire de la cheville gauche, subie en mai) entre aussi en compte sur un poste où, il faut l’avouer, il y a beaucoup de talents et on a eu des choix difficiles à faire ». Une justification qui peine à convaincre puisque le Clermontois sera de nouveau opérationnel début juillet et que Brunel ne s’est pas privé de retenir Demba Bamba ou Arthur Iturria, également convalescents.

Lors du crunch face au quinze de la Rose
Lors du crunch face au quinze de la Rose - Icon Sport

En préambule de son intervention, Brunel a par ailleurs défini le fil rouge de sa sélection : une volonté affichée de mettre en place un jeu de mouvement fait de vitesse et de déplacement. Sur ce point, le Lyonnais Baptiste Couilloud et le Toulousain Sébastien Bézy, récent champion de France et très bon sur la fin de saison, semblaient partir devant Machenaud. Mais c’est bien ce dernier qui partira à la Coupe du monde. Et ce malgré une fin de saison pas des plus convaincantes. Une revanche personnelle pour le vice-capitainedu Racing 92, qui avait vécu comme une injustice de manquer le train il y a quatre ans. Aux yeux de beaucoup d’observateurs, sa présence se justifiait plus en 2015 que cette année. Mais le rugby n’a rien d’une science exacte.

Anthony Tallieu
Sur le même sujet
Réagir