Ils vont rater le Mondial

Publié le

La liste n’est pas définitive, mais les joueurs suivants sont, à quelques mois seulement du Mondial, en très mauvaise position pour y participer. Qu’ils soient victimes de la concurrence ou de leur mauvais comportement, blessés ou expatriés, voici ceux que vous ne verrez pas au Japon. Page réalisée par Thomas Saint-Antonin, Dylan Munoz et Simon Valzer

Gagner le privilège d’être invité à disputer une Coupe du monde n’est pas chose facile. Il faut que les planètes s’alignent. Ou plutôt que les joueurs les alignent. Il doit déjà se montrer aussi performant que régulier en club, pour gagner les faveurs du sélectionneur. Il doit ensuite éviter les blessures, et enfin dompter la concurrence. Autant de raisons qui font qu’à chaque Coupe du monde, de grands joueurs restent sur la touche. Cette année encore, de nombreux joueurs majeurs de chaque hémisphère n’auront pas le privilège de partir au Japon, comme l’excellent arrière des Saracens Alex Goode. L’homme de la finale de la dernière Coupe d’Europe n’est même pas dans le groupe élargi dévoilé il y a quelques semaines par le sélectionneur Eddie Jones. Le boss du XV de la Rose reviendra bien évidemment sur son choix en cas de blessure, mais l’absence du numéro 15 des Sarries a de quoi interpeller. Concernant les blessures justement, on peut citer celle du Néo-Zélandais Damian McKenzie, qui a fichu un sacré bazar dans les plans de Steve Hansen. Clairement identifié comme l’arrière des Blacks et le premier remplaçant de Beauden Barrett à l’ouverture, sa grave blessure au genou impacte donc deux postes au sein de la sélection néo-zélandaise…

Il est aussi un dernier cas de figure, avec des départs en retraite décidés à seulement quelques mois de la grand-messe du rugby mondial. Des décisions souvent surprenantes, à l’image de celle de l’ailier colossal de Montpellier, le Fidjien Nemani Nadoolo. Bien qu’étant l’un des leaders de la sélection fidjienne et affichant toujours d’excellentes performances en club, l’ailier a décidé de prendre sa retraite internationale.

Horwill, Davies, Hartley, les oubliés de 2015

La précédente Coupe du monde en Angleterre n’avait pas dérogé à la règle. Dans chaque nation, de grands noms manquaient. En Australie, il s’agissait de James Horwill. Capitaine des Wallabies en 2011, l’expérience des 61 sélections du deuxième ligne n’ont pas suffi face à la concurrence des Simmons, Mumm, Skelton, et Douglas, retenus pas Michael Cheika. Le talonneur anglais Dylan Hartley n’avait pas non plu eu le privilège de disputer "son" Mondial. Certes, il avait réchappé à déroute de sa sélection, mais tout de même : un coup de tête sur son rival Jamie Joseph en demi-finale de Premiership l’avait valu quatre semaines de suspension ainsi qu’un carton rouge de la part de son sélectionneur de l’époque, Stuart Lancaster. Dans le triste registre des blessures, citons enfin celle du centre gallois Jonathan Davies, qui s’était rompu les ligaments croisés du genou en mai 2015 avec Clermont. Même s’ils étaient parvenus à sortir les Anglais de "leur" Mondial, les Gallois avaient chuté de peu en quart face aux Springboks (23-19). La présence de Davies aurait-elle changé quelque chose ? Peut-être. Comme celles des joueurs cités ci-dessous…

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?