• Damian Penaud (Clermont) face à Thomas Ramos (Toulouse)
    Damian Penaud (Clermont) face à Thomas Ramos (Toulouse) Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
ASM Clermont Auvergne

L’axe Toulouse-Clermont

Le groupe dévoilé mardi matin par le sélectionneur Jacques Brunel obéit à plusieurs logiques, entre l’attraction des hommes en forme, l’envie de jeunesse et l’influence sous-jacente des nouveaux membres du staff.

Ils sont déjà quatorze dans l’avion. Sans oublier François Cros et Etienne Falgoux qui se tiennent prêts. Les finalistes toulousains et clermontois du dernier Top 14 ont écrasé la concurrence dans l’esprit du staff du XV de France. Rien de vraiment surprenant puisque cette tendance date déjà du dernier Tournoi des 6 Nations. Les Bleus avaient débuté la compétition avec une ligne d’attaque 100 % « toulouso-clermontoise » : une charnière Parra-Lopez, une paire de centres Ntamack-Fofana et un triangle arrière Médard-Penaud-Huget. Ils sont encore tous là, à l’exception du demi de mêlée Morgan Parra. Il faut désormais leur ajouter Dupont, Guitoune, Ramos pour les néo-champions de France et Raka pour les Auvergnats. Autant dire que le staff du XV de France n’a pas été favorable à un grand melting-pot. Et sans la brouille entre le demi de mêlée clermontois et le staff technique après la défaite en Angleterre, cette liste pour le Mondial aurait pu compter un clermontois de plus. Machenaud, Serin et Doumayrou pourraient se sentir bien seuls au milieu de ces deux contingents. Gaël Fickou certainement un peu moins, puisqu’il évoluait à Toulouse la saison dernière.

Une alchimie à créer

Le staff du XV de France a donc choisi de se laisser porter par le vent de la réussite, ce qui est d’autant plus compréhensible que le jeu offensif des Bleus est toujours aussi énigmatique. Le vécu des deux meilleures attaques du championnat peut être une base de travail intéressante pour bâtir quelque chose de cohérent lors des deux mois de préparation. Lors du Tournoi des 6 Nations, la responsabilité avait été confiée aux Clermontois avant un retour en force des Toulousains au fil de la compétition, puisque la charnière Dupont-Ntamack avait pris la succession de Parra-Lopez. L’influence des Rouge et Noir pourrait être encore plus forte lors de la Coupe du monde avec le retour tant attendu de Sofiane Guitoune au poste de trois-quarts centre.

Il va maintenant falloir créer une alchimie entre la programmation clermontoise et l’adaptation toulousaine, même si Damian Penaud a déjà démontré qu’il pouvait être excellent dans le désordre, pour parler un langage commun. Un langage que les Toulousains maîtrisent parfaitement à l’image de leur deuxième essai lors de la finale du championnat, quand ils ont su bonifier un ballon a priori inexploitable.

Le modèle celte

Les hommes d’Ugo Mola sont les grands gagnants des derniers mois puisqu’ils signent un retour en force chez les Bleus depuis début 2019. Il ne faut pas oublier, qu’après la blessure d’Antoine Dupont lors du premier match de l’ère Brunel, aucun joueur toulousain n’était présent sur la feuille de match lors de la défaite en Ecosse une semaine plus tard. Il n’y avait d’ailleurs que trois Clermontois ce jour-là. Piocher des joueurs de tous les horizons n’ayant apporté aucune garantie mais surtout des approximations, le staff des bleus a changé son fusil d’épaule. Jacques Brunel cherchant depuis son arrivée à inculquer des repères communs à l’ensemble de sa troupe.

Miser sur deux gros contingents bien distincts, c’est aussi se rapprocher de toutes les nations qui constituent leur sélection à partir de leurs équipes de province. C’est ainsi qu’Irlandais, Gallois et Ecossais ont retrouvé de l’allant et des résultats sur la scène internationale. Avec des joueurs venant de peu d’horizons différents, ils ont trouvé une unité, un style bien à eux, copiant ainsi ce qui se faisait déjà dans l’hémisphère sud. En Angleterre, la tendance est moins marquée, puisqu’Exeter, les Harlequins et les Wasps sont des pourvoyeurs d’internationaux, même si les Saracens sont très bien représentés puisqu’ils étaient huit lors du dernier Tournoi des 6 Nations.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir