• Brice Dulin
    Brice Dulin Icon Sport - Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Le palmarès des plus beaux essais de la saison


Avec 942 essais inscrits en saison régulière et 15 en phase finale, cette saison 2018-2019 du Top 14 laisse encore une fois le choix quand il s’agit de distinguer les plus beaux essais de la saison. Voici une sélection de cinq essais qui ont, à leur manière, marqué la saison.

 

1. Cheslin Kolbe (Stade toulousain) – Contre la Section paloise (J24)

En plus d’avoir soulevé le Brennus, le Stade toulousain a surement marqué le plus bel essai de la saison lors du large succès face à la Section paloise (83-6). C’était le 4 mai à Ernest-Wallon, on joue la 16ème minute et l’expression "jeu de mains, jeu de Toulousains" prend plus que jamais son sens.

Au départ, Yoann Huget récupère un ballon dans ses 22m et passe par le sol. Sébastien Bézy fait d’abord le choix de Cyril Baille en point de fixation puis le demi de mêlée allonge vers Thomas Ramos, 5m devant son en-but, qui vise l’aile d’un coup de pied qui termine après rebond dans les bras de Maxime Medard, positionné dans le couloir des 5m.

Cheslin Kolbe
Cheslin Kolbe - Icon Sport

L’ailier accélère et remet un petit par-dessus pour Sofiane Guitoune qui récupère à hauteur de sa ligne des 10m. Le trois-quarts centre résiste à un plaquage et donne après-contact à son compère Pita Ahki qui franchit la médiane, feinte la croisée vers Medard puis le sert alors qu’il revient dans son dos. Ce dernier donne par la suite à l’aveugle, des deux mains, à Cheslin Kolbe dans son dos également. L’arrière est à environ 30m de l’en-but, lancé, quand il termine cette offensive de 44 secondes d’une course en coin. Somptueux.

2. Damian Penaud (ASM Clermont) – Contre le Stade toulousain (J22)

Le 14 avril au Stadium de Toulouse, l’on a sans conteste assisté au plus beau match de la saison entre les deux futurs finalistes. Si l’ASM s’incline face au Stade (47-44), elle a surement inscrit l’un des essais les plus impressionnants de la saison. L’action dure 45 secondes, avec comme point de départ l’orientation du jeu par Morgan Parra dans le camp adverse. D’abord Sébastien Vahaamahina qui joue debout et évite un plaquage sur la médiane pour servir John Ulugia.

Damian Penaud
Damian Penaud - Icon Sport

Autre différence de Peceli Yato sur une aile pour fixer deux adversaires après avoir progressé de 10 mètres. Des soutiens présents, des temps de jeu qui s’enchainent, et encore Paul Jedrasiak après-contact pour donner à Damien Chouly, venant chercher l’intervalle tout en gagnant de précieux mètres. Sur les 22m cette fois, la charnière Parra-Laidlaw sert Setariki Tuicuvu qui percute et dans sa chute peut donner au demi de mêlée écossais.

Peter Betham s’engouffre dans un petit espace, avance à son tour et donne en chistera à Damian Penaud qui flirte avec la ligne de touche mais se faufile et fait en plus l’effort de se recentrer dans l’en-but pour penser à son buteur. Là encore, exceptionnel !

3. Benito Masilevu (SU Agen) –    Contre l’USA Perpignan (J17)

L’on a souvent vanté les mérites de cette équipe agenaise, tout au long de la saison, car objectivement moins armée que d’autres formations de l’élite et pourtant ambitieuse dans le jeu. Son action du 23 février à Aimé-Giral, face à Perpignan (13-20), en est la parfaite illustration avec la philosophie des hommes de Mauricio Reggiardo.

L’on est dans la continuité du coup d’envoi de la seconde période, Mathieu Lamoulie est le premier dynamiteur dans ses 22m avec feinte de dégagement au pied, fixation d’un adversaire par des appuis, puis deux autres plaquages évités au moment de servir Julien Heriteau pour un relais. Devant sa ligne des 22m, ce dernier joue après-contact pour un superbe numéro de Facundo Bosch qui gagne 40 mètres !

Benito Masilevu
Benito Masilevu - Icon Sport

Le talonneur argentin résiste à un premier double plaquage, et un troisième quand il vise sur petit côté Léo Berdeu, qui donne instantanément et en rupture Benito Masilevu dans le couloir des 5m. En bout de ligne, l’ailier fidjien élimine trois adversaires d’un cadrage-débordement qui lui permet de parcourir les 25 derniers mètres dans un petit espace et de venir conclure une action de très grande classe.

4. Anthony Meric (RC Toulon) –      Contre la Section paloise (J17)

Dans une saison compliquée pour les Varois, il y a tout de même eu de belles raisons de s’enflammer au stade Félix-Mayol ! C’est à la 80ème minute de cette rencontre remportée face à Pau (38-11), le 23 février, que la lumière est venue de tout un collectif pour un essai récompensant le jeu de mouvement des Toulonnais. Dans ses 30m, Facundo Isa relève un ballon et démarre au ras, puis le troisième ligne pousse immédiatement au pied pour lui-même, un geste à l’instinct.

Il récupère peu avant la ligne médiane, et progresse encore de 10 mètres malgré plusieurs plaquages. Anthony Méric ramasse quant à lui malgré la pression pour alerter les avants et les trois-quarts sur le grand côté. L’on assiste alors à une succession de passes sur la largeur du terrain, jusqu’à ce que le pilier Bruce Devaux ne prenne un intervalle à 40 mètres, feintant la passe et pour ensuite réaliser le offload en direction de Louis Carbonel, le sentant dans son dos.

Toby Arnold
Toby Arnold - Icon Sport

Nouvelle progression de quelques mètres de l’ouvreur et là c’est à nouveau Meric qui est servi dans la course, permettant au demi de mêlée de finir un mouvement de 29 secondes ayant impliqué neuf joueurs.

5. Watisoni Votu (Section paloise) – Contre le Racing 92 (J23)

À l’instar du RCT, la Section paloise a vécu une saison plus que compliquée, notamment au Hameau avec sept défaites concédées cette saison. Mais il y a eu quelques moments où les Béarnais ont pu se lever d’un seul homme, comme sur l’essai de Watisoni Votu face au Racing 92 (29-27), le 27 avril.

On joue la 16ème minute quand Thibault Daubagna ramasse un ballon en sortie de regroupement sur ses 22m, jouant d’abord sur Pierrick Gunther puis Colin Slade, qui peut donner à Charly Malié avant d’être chassé. Florian Nicot et Jale Vatubua participent aussi, et l’on est maintenant sur l’autre aile avec la prise de Votu dans ses 40 mètres. L’ailier échappe au plaquage de Finn Russell et manque de trébucher, le long de la ligne de touche, quand il raffute Maxime Machenaud tout en donnant à une main, sur le fermé et à l’aveugle, à Nicot qui avait poursuivi.

Votu face au Racing 92
Votu face au Racing 92 - Icon Sport

Les deux hommes continuent leur course, et Vatu est servi à nouveau à l’entrée des 22m adverses, raffute Jordan Joseph et devance Simon Zebo pour plonger dans l’en-but. Il y a au total huit passes sur 20 secondes pour remonter quasiment tout le terrain et contribuer à un succès précieux pour le maintien.

Et en bonus… le geste acrobatique de Toby Arnold et le dribbling de Brice Dulin !

Dans ce palmarès subjectif, deux autres essais pourraient y figurer au regard de gestes techniques qui dont la différence. On pense à celui du Lyonnais Toby Arnold, le 5 janvier, lors d’un succès à Montpellier (14-25). À la 37ème minute, Carl Fearns récupère au sol sur turnover au niveau de la médiane, et donne à Noa NakaitacI qui sert Arnold déjà lancé depuis 10 mètres. L’arrière tape en profondeur, continue sa course et malgré des rebonds défavorables devant l’en-but, plonge en avant pour remiser, à l’aveugle, tout en empêchant le passage en touche.

Toby Arnold
Toby Arnold - Icon Sport

Deux Montpelliérains sont lobés et c’est Rudi Wulf qui ramasse pour scorer. Autre geste, celui du Racingman Brice Dulin, le 25 janvier lors de la victoire à Agen (3-35). À la 11ème minute, les Franciliens lancent le jeu sur une touche peu avant la médiane, il y a des percussions au centre du terrain après la déviation de l’alignement, et Maxime Machenaud poursuit le renversement jusqu’au moment où Finn Russell pousse au pied.

Dulin réalise alors un dribbling, avec une conduite de balle de footballeur pour s’emmener le ballon dans le couloir et éliminer Loris Tolot, contourner son vis-à-vis et marquer.

Julien Plazanet
Réagir