• Les Basques étaient les premiers à reprendre l’entraînement, dès le 9 juin. La première semaine était consacrée à la remise en forme physique tandis que la suite verra davantage d’exercices avec ballon.
    Les Basques étaient les premiers à reprendre l’entraînement, dès le 9 juin. La première semaine était consacrée à la remise en forme physique tandis que la suite verra davantage d’exercices avec ballon. Biarritz Olympique Pays Basque / Biarritz Olympique Pays Basque
  • Biarritz veut prendre de l’avance
    Biarritz veut prendre de l’avance
Publié le / Modifié le
Pro D2

Biarritz veut prendre de l’avance

Après une saison en deçà des attentes et des objectifs annoncés, le Biarritz olympique a repris l’entraînement début juin, afin de bâtir un groupe armé pour le Top 6.

C’est dans la discrétion que le Biarritz olympique a retrouvé, voilà presque quinze jours, le chemin des terrains après cinq semaines de congés. Loin de la frénésie des phases finales du Top 14 qui animaient la France du rugby, loin aussi de l’agitation autour de son enceinte d’Aguiléra qui se préparait alors à recevoir la dernière étape du HSBC World Rugby Sevens Rugby, les Biarrots se sont réunis au stade du Pavillon bleu, prêté pour l’occasion par le Saint-Jean-de-Luz Olympique. Le cadre a donc provisoirement changé. Les méthodes, non. Au programme : du physique, du physique et encore du physique.

Pour être fin prêt, à l’heure où démarrera ce long marathon qu’est le Pro D2, mais aussi afin d’éviter d’afficher "complet" sur la porte de l’infirmerie au cœur de l’hiver, comme ce fut le cas l’an dernier. "C’est la base, la partie que tous les joueurs aiment beaucoup ", ironise Matthew Clarkin. Le ballon, quant à lui, a été introduit à faible dose. "C’est une manière, pour nous, de commencer à discuter du nouveau projet de jeu, pour que les bases soient mises, en attendant l’arrivée de tout le monde", poursuit Clarkin. Rappelons qu’à l’heure actuelle, seuls les joueurs déjà présents l’an dernier ont repris l’entraînement et que les recrues n’arriveront que le 1er juillet, à la date du début de leur contrat, même si trois d’entres-elles ont décidé d’anticiper leur rentrée : le pilier Victor Delmas, l’ouvreur Nick Smith et l’ailier Gavin Stark.

Trois semaines de travail, une de pause et deux stages

Après ce premier bloc de travail à dominante physique, les Rouge et Blanc observeront une semaine de pause début juillet. Puis, cette fois au complet, ils rentreront dans le concret de leur préparation, avec en ligne de mire le week-end du 23 août, date à laquelle débutera le championnat. Entre temps, ils partiront pour deux stages, dont un premier dit "de cohésion" dans les Hautes-Pyrénées. "Nous le ferons dans l’optique de passer un peu de temps en groupe, loin de tous les éléments qui peuvent bouffer notre temps ou notre énergie. Le but sera d’apprendre à se connaître un peu mieux et de partager une petite épreuve ensemble", raconte le directeur sportif. Avec plus d’une vingtaine de départs pour une quinzaine d’arrivées, ce sera en effet nécessaire. Clarkin enchaîne : "Chaque année, il y a un nouveau groupe. Il faut donc qu’il retrouve un peu son identité. Cette fois-ci, nous avons eu le temps de préparer ça, avec un staff que l’on a nommé, donc nous allons pouvoir donner l’identité que le club a envie d’avoir."

À quoi ressemblera-t-elle, donc ? "Nous voulons garder cet esprit d’un club ambitieux et ce sera aussi le cas dans notre jeu, où nous voudrons mettre beaucoup d’ambition, répond le patron du sportif. Par notre implication, nos efforts, on voudra que ça joue !" Ce discours, néanmoins, ne sera réalisable qu’à deux conditions. La première, celle d’être "plus constant dans les résultats. " La seconde, afficher une meilleure régularité en conquête. "Nous devrons maîtriser les bases de notre sport et de ce championnat. Avant de prétendre vouloir être ambitieux, il faudra que l’on réponde présent sur la conquête et au niveau de l’engagement physique ou de l’agressivité", annonce Clarkin. Deux mois, c’est le temps qu’il reste aux Rouge et Blanc pour assimiler le tout et bâtir un groupe digne de ce nom. Pour que cette reprise, tôt avant l’été, puisse porter ses fruits dans un peu moins d’un an.

Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Réagir