Haddad-Victor, le corps et l’esprit

  • Matthias Haddad-Victor (France) lors de la demi-finale du Mondial U20 contre l'Afrique du Sud
    Matthias Haddad-Victor (France) lors de la demi-finale du Mondial U20 contre l'Afrique du Sud Walter Gasparini
Publié le

18 ans et déjà tout d’un grand. Cette demi-finale face à l’Afrique du Sud fut la sienne. Infatigable plaqueur, Matthias Haddad-Victor et son casque jaune ont tout simplement illuminé le Racecourse Stadium de Rosario.

Très heureux et presque désolé d’être mis sur le devant de la scène au détriment du collectif, le Rochelais esquivait quasiment le sujet à l’issue du match : "Je suis très fier de la performance collective qui est à l’image de notre état d’esprit, tout au long de cette courte semaine de travail après la défaite face à l’Argentine. Nous voulions porter haut le blason de la France et aller au bout de nos rêves. C’est collectivement que nous avons bien défendu, sans mes coéquipiers je n’aurais jamais été aussi performant."

Une technique de plaquage si singulière

Moins lourd que ses vis-à-vis, le troisième ligne tricolore a dû compenser par une technique de plaquage particulière en plaquant les colosses sud-africains le plus bas possible. Une technique individuelle hors du commun qui a fait des ravages et a impressionné tous les observateurs. "Ça me permet d’être debout plus vite et de prendre n’importe quel profil de joueur, notamment ceux avec un gros potentiel physique. Si tu les prends en haut, tu te fais forcément bousculer, ça faisait aussi partie du plan de jeu." Une critique posée, réfléchie et efficace. Malgré son jeune âge, sa capacité à répéter les efforts étonne, pourtant, le garçon ferait presque de ses qualités une banalité : "J’aime plaquer depuis tout petit, c’est une clé essentielle à mon poste et je me suis dit que ce serait peut-être la seule demi-finale que je ferais dans ma vie. À partir de ce moment-là, il faut tout donner pour l’équipe."

Taiseux, incisif dans ses analyses malgré son jeune âge, Matthias Haddad-Victor s’est fait une place dans l’effectif trois étoiles des Bleuets. Amoureux du maillot bleu qu’il place au-dessus de tout, notamment de la performance individuelle, nul doute que ce jeune joueur ne devrait pas tarder à éclore au plus haut niveau.

Thomas Saint-Antonin
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?