Geraci : « Non ça n’est pas un rêve inaccessible »

  • Kilian Geraci (France)
    Kilian Geraci (France) Icon Sport
Publié le , mis à jour

Le grenoblois, Kilian Geraci, est revenu sur ce titre de champion du monde U20 et les perspectives d’avenir de ce groupe hors du commun.

Vous qui avez déjà vécu le sacre de l’an dernier, retrouvez-vous les mêmes émotions ?

Kilian Geraci : C’est différent. C’est encore plus d’émotions car c’est vraiment quelque chose d’inattendue.Faire le doublé après une finale si serrée, avec autant d’engagement... C’est énorme.

Vous remportez la finale sur le plus petit des écarts, qu’est-ce qui a fait la différence pour pouvoir renverser l’Australie ?

K.G. : Cela a été un match avec beaucoup d’engagement physique. Les détails ont énormément compté et ont joué en notre faveur, je pense par exemple aux coups de pieds manqués par les Australiens. On a su marquer quand il le fallait, sur nos moments de domination on est systématiquement parvenus à scorer. À l’image de la dernière action où on défend pendant plus de deux minutes, nous avons aussi réussi à mettre en place une très grosse défense.

Le match face à l’Argentine (défaite 26 à 47) a-t-il été un tournant pour l’équipe ?

K.G. : Cela a été un grand tournant en effet puisque cette défaite nous a mis une grande claque. Mais cela nous a surtout permis d’avancer énormément et de mûrir. Face à l’Argentine, on n’ a pas su trouver les ingrédients pour gagner ce match mais on a très vite su rebondir contre l’Afrique du sud puis l’Australie. On s’est dit des mots forts, on s’est beaucoup parlé entre nous, puis on a aussi mis plus d’engagement aux entraînements, plus de concentration. Il y a eu un véritable déclic à partir de ce moment là.

Après ce double sacre peut-on dire que votre génération représente le futur du rugby français comme international ?

K.G. : Je ne sais pas si c’est nous mais je l’espère en tous cas. Tous ceux qui ont joué cette coupe du Monde et qui ont joué avec les moins de vingt ans rêvent de jouer avec la grande équipe de France mais il ne faut pas griller les étapes. On a tous cet objectif et j’espère que parmi nous certains pourront y arriver. Il va falloir énormément de travail, un peu de chance aussi, mais ce n’est pas un rêve inaccessible.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Léo-Pol Platet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?