• Kolbe : l’extra-terrestre
    Kolbe : l’extra-terrestre Icon Sport / Icon Sport
  • Kolbe : l’extra-terrestre
    Kolbe : l’extra-terrestre Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Revue de l'élite (Arrières) - #1 Kolbe : l’extra-terrestre

Exceptionnel de bout en bout, le toulousain cheslin kolbe, replacé à l’arrière en cours de saison, s’est sûrement imposé comme le meilleur joueur du top 14.  la fois spectaculaire et décisif, le Springbok est tout simplement phénomène qui enchante notre championnat et donne des cauchemars à ses adversaires.

Tout a été écrit sur lui mais il y aurait encore tellement dire. Cheslin Kolbe est un phénomène dont le Top 14 se délecte chaque week-end et dont il ne se lasse surtout jamais. Depuis qu’il a débarqué en France durant l’été 2017, parce qu’il était barré en équipe nationale sud-africaine et avait besoin de vivre une nouvelle aventure, le feu follet est devenu l’attraction du championnat. Lequel prouvé, lors de toutes des sorties, que le rugby n’est pas qu’une question de gabarit. Lui apparaît comme un poids plume - même s’il est un athlète exceptionnel - et domine chaque rival qui se présente devant lui. Kolbe avait justement quitté son pays natal car il était lassé des débats sur son physique. "Cheslin est l’antinomie du rugby qu’on nous a vendu pendant des années, admirait récemment son entraîneur Ugo Mola. Il mesure 1,71 m et pèse 75 kg tout mouillé mais il a une telle capacité à gagner ses duels, à franchir et à être un redoutable défenseur, ce qu’on oublie souvent. Il ne laisse personne indifférent et c’est une merveilleuse nouvelle pour notre sport, un exemple à montrer dans les écoles."

Voilà qui rappelle ce qui disait Kolbe en septembre 2017. "Sur mon cas, il y a toujours eu des pour et des contre, confiait-il. On m’a dit que j’étais trop léger pour les Springboks. Je n’ai pas écouté et j’ai travaillé plus que les autres. Peu importe que tu mesures 1,50 m ou pèses moins de 50 kg. En match, nous sommes tous des êtres humains, entre les quatre mêmes lignes blanches." Entre ces quatre lignes, Kolbe est un génie absolu, dont les statistiques (pourtant reluisantes) ne peuvent traduire son immense influence sur le jeu toulousain et sur ses résultats. Cette saison, l’intéressé n’a inscrit "que" six essais en Top 14 en seize matchs (huit toutes compétitions confondues en vingt-quatre matchs) mais il est évidemment l’homme le plus décisif de l’effectif, le facteur X qui crée d’innombrables brèches dans lesquelles il place ses partenaires grâce à un sens inné du collectif.

Repositionnement gagnant en 15

Alors que le Stade toulousain a dû se passer de ses deux arrières attitrés pendant le Tournoi des 6 Nations, à savoir Thomas Ramos et Maxime Médard (voire Yoann Huget qui peut aussi dépanner à ce poste), Mola n’avait plus que le Sud-Africain - appelé pour la première fois en sélection pour le Rugby Championship 2018 et qui devrait faire la Coupe du monde - pour porter le numéro 15. Et quelle réussite ! Durant deux mois, Kolbe fut si impressionnant qu’il fut ensuite impensable de le déloger. C’est ainsi que Ramos s’est retrouvé sur le banc des remplaçants lors du quart de finale européen au Racing puis ouvreur pour les phases finales de Top 14. Choix gagnant tant la faculté du meilleur joueur du championnat a remonté les munitions rendues s’est révélé être un poison pour les adversaires. "Il est déterminant dès que beaucoup de ballons passent par ses mains", clame Mola. Chacun a pu constater les dégâts.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir