• Florian Grill
    Florian Grill La Dépêche du Midi / La Dépêche du Midi
Publié le / Modifié le
Horizons

Élections FFR - Florian Grill en première ligne

Désigné mardi dernier tête de liste de l’opposition, le président de la ligue Ile-de-France Florian Grill, qui espère ne pas revivre le même type de campagne qu’en 2016, a clairement laissé entendre qu’il répondrait aux attaques. Mais cet ancien deuxième ligne formé au PUC souhaite avant tout débattre sur le terrain des idées.

Depuis mardi dernier, date de son intronisation officielle dans le rôle de "tête de liste de l’opposition", Florian Grill n’est plus seulement le poil à gratter du comité directeur de la FFR. L’actuel président de la Ligue Ile-de-France, ancien candidat sur la liste de Pierre Camou en 2016, est désormais le porte-drapeau d’Ovale ensemble, un groupe de travail qui rassemble depuis plusieurs mois quelques dirigeants issus du monde amateur et d’anciens internationaux comme Serge Blanco, Jean-Claude Skréla, Fabien Pelous ou encore éric Champ. Ce groupe de travail a élaboré un programme dans la perspective des élections à la présidence de la FFR qui se dérouleront en 2020. Un programme, consultable sur le site ovaleensemble.fr, qui tient en seize chantiers. "Et trois grands axes, précise Florian Grill. Le premier, c’est de revenir à une fédération éthique. Le mot est important. Il y a toute une série de décisions à prendre qui sont détaillées dans le projet et qui sont fondamentales. Nous avons besoin d’une gouvernance qui fonctionne avec des règles qui garantissent et qui permettent la démocratie à tous les échelons, à commencer par le comité directeur de la FFR."

Ainsi, dans le chantier numéro 2, l’opposition entend mettre fin, si elle est élue, à certaines pratiques qu’elle assimile à des dérives apparues sous la gouvernance de Bernard Laporte. Un exemple ? "Plafonner la rémunération des trois élus autorisés à percevoir une rémunération", "Interdire statutairement la démission d’élus pour devenir salariés de la FFR", ce qui fut le cas après l’élection de Bernard Laporte avec Philippe Rougé-Thomas. Et puis, il y a aussi cet autre engagement, dans la droite lignée de l’éthique que Florian Grill et ses camarades entendent développer : "Interdire toute relation d’affaires avec la FFR pour un élu ou un salarié." Une façon de dénoncer les différentes affaires qui émaillées jusque-là l’actuelle gouvernance.

Relancer le rugby autour d’un jeu de mouvement

Mais le programme est vaste. Florian Grill, épaulé par les autres membres de ce groupe de travail, a développé deux autres thématiques fortes. "Le deuxième axe, c’est la volonté de relancer le rugby autour d’un jeu de mouvement. C’est le passé et l’ADN du rugby français. Ce rugby de mouvement doit être incarné des écoles de rugby jusqu’aux équipes de France. Et qu’il y ait une cohérence." Et Grill d’ajouter : "Le troisième axe, c’est de relancer le rugby autour d’un triptyque : la passion de la compétition, quel que soit le niveau ; les valeurs éducatives parce que le rugby aide à construire des femmes et des hommes et le troisième axe, c’est l’engagement citoyen."

Évidemment, Florian Grill et ses partenaires entendent bien profiter du congrès de la FFR pour aller à la rencontre des clubs et éprouver leurs propositions. "J’ai envie d’échanger avec les clubs, de les écouter, explique encore Grill. Le rugby, ce n’est pas le combat de coqs permanent. Ce qui m’intéresse, c’est la réaction des clubs à ce qu’on leur propose, comment ils vont nous demander d’amender ces propositions. Peut-être vont-ils nous nous dire que nous avons oublié des choses ? Nous avons devant nous un an de rendez-vous avec les clubs. Le congrès n’est donc qu’un passage, je n’en fais pas un objectif absolu."

Ensuite, Florian Grill, comme Bernard Laporte entre 2015 et 2016, va partir sur les routes de France. "Nous avons prévu de faire 200 jours de terrains pour rencontrer en moyenne 10 clubs par jour à peu près, précise Florian Grill. L’objectif, c’est de rencontrer 100 % des clubs. Nous avons constitué un réseau de relais locaux dont le chiffre est monté dernièrement à 290. L’idée, c’est d’occuper davantage le terrain que nous ne l’avions fait il y a trois ans." Pour un tout autre résultat ? Rendez-vous probablement en décembre 2020.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir