• Les Français remportent le tournoi de Moscou. Photo Rugby Europe
    Les Français remportent le tournoi de Moscou. Photo Rugby Europe
Publié le / Modifié le
Rugby à 7

Sevens : Les Bleus bien lancés

A trois semaines du tournoi européen de colomiers qui attribuera un billet pour les Jo, les Bleus l’ont emporté et ont gagné en confiance à moscou. Les voyants sont au vert.

"C’était sérieux, oui. Tout le monde était venu pour marquer son territoire." Le week-end dernier, le VII de France de Jérôme Daret et le gratin européen de la discipline se sont retrouvés à Moscou pour une étape du circuit européen pas comme les autres. A trois semaines du tournoi de qualification olympique dont seul le vainqueur sera assuré de voir Tokyo, le rendez-vous se posait en répétition grandeur nature. Sur la lancée d’une fin de circuit mondial très convaincante, les Bleus se sont adjugés le trophée en réalisant un grand chelem : six matchs, six victoires. "Le rugby à 7 est avant tout une guerre psychologique, explique le sélectionneur. Alors, ce succès nous permet de prendre un petit ascendant et d’envoyer un signe fort. Comme en novembre, déjà, quand nous avions gagné à Elche."

En Russie, Jean-Pascal Barraque et ses partenaires ont dominé leurs principaux rivaux pour Tokyo : les Irlandais, en poules puis en finale (31-26), et surtout les Anglais, en demie (24-19). "Après avoir pris deux essais en contre, nous avons imposé notre jeu et nos compétences. On les a vraiment bousculés. C’est très positif." Sans la flèche Gabin Villière, sur les rotules après une longue saison, et l’ouvreur d’espaces Tavite Veredamu, en rééducation, le collectif tricolore a montré une cohésion et une constance rassurantes. " Le groupe gagne encore en confiance, note Jérôme Daret. Ça fait un moment que l’équipe enchaîne de bons résultats et que notre jeu se met en place. Il a fallu un an et demi pour maîtriser ce système. Les indicateurs de performance sont au vert, sur les renvois, les pénalités, notamment... Tout ça, les autres le voient."

 

Parler de favoris, c’est très hasardeux

Meilleure sélection européenne sur la deuxième partie du World Series (84 points récoltés contre 46 aux Anglais) et vainqueur du Moscou Sevens, France 7 débarquera, à Colomiers, avec le statut de tête de série numéro 1. Au classement et dans les esprits. Son entraîneur relativise : "Parler de favoris, c’est très hasardeux. Tout va tellement vite dans cette discipline. Et puis face à nous, il y aura beaucoup de gros concurrents : l’Angleterre a une grande expérience, l’Allemagne accroche tout le monde cette année, l’Espagne sort d’une très belle saison et a aussi battu les Blacks, l’Irlande enchaîne les grosses performances aux World Series... Non, nous ne sommes pas favoris mais des challengers comme les autres."

Sur le potentiel et le niveau affiché au printemps, les Bleus possèdent tout de même leur destin en mains. A condition d’être à la hauteur de l’événement le jour J : "La gestion des émotions sera déterminante. Il y aura de la pression à gérer mais les gars commencent à avoir l’expérience de ces moments. Je trouve que la dynamique du groupe est bonne etnous avons essayé de gérer la fraîcheur." Depuis plusieurs mois, les dates des 13 et 14 juillet sont cochées sur le calendrier comme un point de passage décisif : "Ce n’est qu’une étape sur un long chemin mais c’est une échéance capitale, c’est vrai. Elle doit nous mener vers Tokyo et même, au-delà, vers Paris 2024."

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir