Publié le / Modifié le
Rugby à XIII

Carcassonne : Cruelle désillusion

Quelle désillusion ! Et surtout qui l’eut cru. Carcassonne XIII a perdu une finale, sa finale du championnat de France qui lui tendait les bras. Battus 32 à 24 par Saint-Estève-XIII catalan, les joueurs de la cité carcassonnaise ne réaliseront pas le doublé Coupe de France-championnat.

Pourtant tout le monde pensait que les Audois allaient se diriger vers ce fameux doublé alors qu’ils rejoignaient les vestiaires nantis d’une confortable avance de dix-huit points en menant 22 à 4. Leur défense de fer ajoutée aux coups de boutoirs de Bastien Canet et les attaques perforantes de Tony Tumusa et de Jamie Anderson laissaient augurer une seconde période en feu d’artifice. D’ailleurs le premier essai de Jamie Anderson après un maître coup de pied dans la défense catalane suivi d’une "claquette" de Clément Soubeyras dans l’en-but pour son arrière était de toute beauté. Le rugby champagne était de sortie.

La cathédrale tarnaise

Les Jaune et Noir marquaient deux nouvelles fois par Luc Franco à la vingt-huitième et surtout deux minutes plus tard par Alexis Escamilla pour l’essai gag de la soirée avec un ballon relâché dans l’en-but par la défense catalane. Cela laissait augurer d’une seconde mi-temps tranquille tant les adversaires des Audois semblaient incapables de sortir de la nasse défensive tissée par les vainqueurs de la Coupe.

Las, une seconde période catastrophique ne leur permettait pas de réaliser un doublé historique. Mais que s’est-il passé pour que la physionomie du match change du tout au tout ? Ont-ils laissé trop de jus durant leur première période proche de la perfection, ou sont-ce leurs adversaires qui ont haussé leur niveau de jeu ?

Mystère. Cependant force est de constater que les mêmes qui dominaient leurs adversaires ont totalement disparu des radars durant le second acte. La frustration des Audois en fin de match sonne peut-être comme une réponse. Le Bout de bois de bois ne repartira pas dans la citée classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

La cathédrale tarnaise a jeté son dévolu sur les Catalans plutôt que les Audois. Pourtant elle leur a fait les yeux doux quarante minutes durant. Peut-être que sentant leur promise toute acquise à leur cause, ils l’ont trop négligée en fin de match.

Une leçon à méditer pour la saison prochaine, l’actuelle restant toutefois belle avec un titre et une finale. Excusez du peu ! 

Renaud SOREL
Sur le même sujet
Réagir