• Les Agenais sont les premiers à avoir retrouvé les terrains d’entraînement. Ils sont partis samedi dernier à Lacanau pour une semaine.
    Les Agenais sont les premiers à avoir retrouvé les terrains d’entraînement. Ils sont partis samedi dernier à Lacanau pour une semaine. Julien Villemur / Julien Villemur
Publié le / Modifié le
Top 14

Saga Agen : Une nouvelle histoire

Pour sa troisième saison en Top 14 et malgré l’arrivée d’un nouveau manager et de la refonte d’une partie de l’effectif, le SUA entend bien pérenniser sa place en élite. Cette année sera charnière pour la structuration du club.

Trois ans déjà que le SUALG a replacé la préfecture du Lot-et-Garonne sur la carte du Top 14. Depuis ce fameux soir de mai 2016, où les Agenais étaient venus à bout de Montauban en finale de Pro D2, le club du président Fonteneau réussit à se maintenir parmi l’élite et ce malgré le plus petit budget de la division. Tel sera encore le principal objectif des Agenais pour cet exercice 2019-2020. Avec une bourse évaluée à environ 14 millions d’euros pour la structure professionnelle, les Lot-et-Garonnais continueront à mettre en place la stratégie qui leur a permis de survivre au plus haut niveau jusqu’à présent : un recrutement malin, ne pas hésiter à s’appuyer sur les jeunes formés au club à fort potentiel et surtout, ne pas se tromper d’objectif et de championnat.

Nouveauté cette saison, le président Fonteneau a dû gérer le départ de Mauricio Reggiardo et Stéphane Prosper, techniciens artisans de la montée puis de deux maintiens consécutifs. Son choix s’est porté sur le profil de Christophe Laussucq, presque naturellement : "C’est une grande joie, pour moi, de pouvoir travailler avec Christophe. Je crois que son profil correspond à la perfection à ce que l’on attend à Agen. C’est un garçon très intelligent, qui a toujours eu du succès avec ses équipes. C’est un parfait connaisseur de nos championnats professionnels et il a vraiment l’état d’esprit ad hoc pour se fondre dans le moule du club." Le technicien arrivé de Mont-de-Marsan - où il a passé six saisons pour cinq qualifications en phase finale, chapeau ! - débarque avec sa méthode mais devra aussi assumer l’héritage de tout un club.

Franchir un cap économique

Pour compenser la (grosse !) vague de 17 départs au sein de l’effectif professionnel lors de cette intersaison, Christophe Laussucq a imaginé un recrutement intelligent, basé sur des profils de joueurs qui avaient une vraie envie de venir à Agen et qui disposent d’une belle marge de progression. Jean-François Fonteneau reprend : "Nous allons disputer notre troisième saison consécutive en Top 14. Au vu de nos moyens, on peut penser que nous avons eu de la réussite et c’est sûrement vrai, à certains moments. Reste qu’on ne peut pas avoir toujours de la réussite. Je pense que le club, sur les dernières saisons, a montré qu’il avait de belles valeurs et de vrais arguments à faire valoir. On a un vrai savoir-faire à Agen, chez les jeunes notamment. On a vu beaucoup de nos jeunes faire leurs premiers pas en équipe une avec succès. On a vu aussi nos gamins nous offrir un printemps magnifique (les cadets Alamercery et les juniors Crabos, respectivement battus par Béziers et Colomiers en finale, N.D.L.R.), ce qui est très encourageant pour l’avenir." "Peut-être un peu limité sur la profondeur du banc", dixit le président Fonteneau, les Agenais auront pour eux une grande expérience dans la gestion de ces saisons "au couteau", où le moindre point compte.

En plus du défi sportif que Christophe Laussucq, Rémi Vaquin et Benoît Lecouls sont prêts à relever, le club devra franchir un cap dans sa structuration et son développement commercial. "Aujourd’hui, il ne faut pas rêver, notre championnat se joue entre la 10e et la 14e place, prévient le président Fonteneau. Il nous manque un peu de ressources pour aller jouer au-dessus de la 10e place. Alors à nous de ne pas nous tromper en programmant notre feuille de route sportive et à nous aussi d’aller chercher ces ressources financières supplémentaires." Pour parvenir à ses fins, le club se dotera dans un futur très proche d’un formidable outil, le stade Alfred-Armandie "nouvelle génération". Tous les voyants sont au vert pour que la saison soit belle.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir