• Julien Sarraute (casquette sur la tête) donne ses directives à ses trois-quarts parmi lesquels Cédric Coll, Sébastian Poet, Thomas Girard (tous à gauche) mais aussi Paul Pimienta (de dos), Clément Lagain et Grégoire Maurino. Les Haut-Garonnais sont prêts à tous regarder dans la même direction cette saison et retrouver de leur superbe. Photos Stéphanie Biscaye
    Julien Sarraute (casquette sur la tête) donne ses directives à ses trois-quarts parmi lesquels Cédric Coll, Sébastian Poet, Thomas Girard (tous à gauche) mais aussi Paul Pimienta (de dos), Clément Lagain et Grégoire Maurino. Les Haut-Garonnais sont prêts à tous regarder dans la même direction cette saison et retrouver de leur superbe. Photos Stéphanie Biscaye
Publié le / Modifié le
Pro D2

Colomiers : Un nouveau départ

Au sortir d’un exercice pénible où ils se sont fait une immense frayeur, les Columérins se sont donné le droit de poursuivre leur aventure en Pro D2. Ils abordent désormais la suite avec humilité et envie de bien faire, sans complexes et sans se fixer d’interdits.

«Le problème de la saison dernière c’est que nous n’avons pas pris du plaisir ou du moins pas assez. J’en ai même perdu.» Difficile de donner tort au président Alain Carré. Le dirigeant a sans nul doute vécu l’un de ses exercices les plus pénibles depuis son arrivée en 2004 à la tête des affaires du club à la colombe. «Personnellement, je l’ai mal vécue», ajoute celui qui espère désormais en avoir terminé avec les tourments et les affres d’une saison galère du début jusqu’à la fin. Il est vrai que durant trente journées rien n’aura été épargné à Colomiers entre coups du sort (deux défaites à domicile d’un point), retournements de situations impromptus à l’extérieur, mise à l’écart d’un manager général et d’un entraîneur des avants, blessures en cascade… Stop, n’en jetez plus, la coupe fut pleine ! Pour Aurélien Beco et sa bande, le couperet n’est pas passé loin. Il a fallu puiser dans de sacrées ressources pour se sortir d’une situation mal embarquée et du sportif au partenariat, l’effort a été long, intense, soutenu pour remporter la bataille du maintien.

Une alchimie à trouver,une reconstruction à amorcer

Forcément, au moment où se dévoilent les prémices d’un nouvel épisode, Alain Carré tient un discours, plus modéré qu’il ne le fut par le passé. «Nous allons devoir retrouver de la stabilité et de la confiance que nous avons perdues. Les objectifs de l’an dernier tournaient autour de la qualification. Cette fois-ci, nous serons un peu plus modestes. Mais cela ne veut pas dire que nous n’aurons pas de l’ambition», annonce le président. «Il s’agira aussi de trouver une osmose entre les coachs et les joueurs», espère-t-il. Le duo Sarraute-Berneau a été reconduit dans ses prérogatives et fonctions et bénéficiera de l’apport de nouvelles compétences sur le jeu d’avants avec Gurthrö Steenkamp, chez les demis de mêlée avec Fabrice Culinat, pour le jeu au pied avec David Skrela et en matière de préparation physique avec Guillame Hör. Colomiers s’appuiera aussi sur sa force de caractère et ses convictions. À commencer par celle de son entraîneur principal Julien Sarraute, qui attend bien sûr autre chose de ses hommes. «Maintenant, il faut tourner la page et tirer les enseignements de cette saison écoulée. Il ne faut pas tout mettre à la poubelle, mais être objectif et juste pour savoir tirer des enseignements sur les erreurs à ne pas reproduire, les choses à améliorer et reconnaître aussi ce sur quoi on peut s’appuyer. C’est un commencement», explique le patron du sportif. «Le facteur prédominant de performance c’est le travail. Les convictions du staff aujourd’hui tournent autour de cette valeur. Il faut remettre les choses dans l’ordre et faire preuve d’humilité. Je ne veux aucun interdit ni que l’on baisse la tête mais nous avons un devoir, c’est celui de se donner les moyens d’être performants et avec tous les ingrédients que nous avons de faire un bon gâteau.»

L’identité du club a été mise en avant afin de parvenir à cette reconstruction comme le souhaitaient Alain Carré, Julien Sarraute et Fabien Berneau. «Les bons résultats de nos catégories jeunes comme ceux des Crabos (champions de France et invaincus toute la saison, N.D.L.R.) font partie de nos motifs d’espoirs, clame Alain Carré, résolument optimiste pour la suite. Au fur et à mesure que les jours passent je pense qu’on va oublier la saison dernière.» «l y a une bonne hétérogénéité dans le recrutement avec des valeurs sûres, et des profils à forte plus-value de Fédérale 1. Tous rentrent dans le projet de jeu que l’on souhaite» détaille Julien Sarraute. «Puis, il y a la volonté d’avoir gardé nos jeunes espoirs pour leur mettre le pied à l’étrier. En plus de ça, pour certains comme Aurélien Beco et Cédric Coll ce sera leur dernière saison. Ils vont accompagner les jeunes. L’alchimie peut prendre je crois.» Alain Carré et tout Colomiers Rugby veulent retrouver les bonnes cartes.

Sur le même sujet
Réagir