• Moala, l’intégration express
    Moala, l’intégration express
Publié le / Modifié le
Top 14

Revue de l'élite (Centres) - #3 Moala : l’intégration express

C’est par une drôle d’histoire que l’aventure de George Moala en Auvergne a commencée. "Ma femme aurait dû accoucher avant mon départ de notre quatrième enfant, mais ça a pris du retard… Comme je ne voulais pas arriver en retard à la reprise, Je suis donc parti pour Clermont… Et à mon arrivée, le travail avait commencé ! J’ai donc suivi tout cela depuis la maison de "Ice " Toeava, en direct sur mon téléphone…" Des débuts sur les chapeaux de roues, qui préfiguraient logiquement une intégration ultra-rapide, après quelques semaines d’inactivité nécessaires pour se remettre d’une blessure à l’épaule contractée en Nouvelle-Zélande. N’allez donc pas vous étonner si, pour sa première titularisation en Top 14, George Moala se fendit d’un doublé face au Stade français… Des premiers pas effectués à l’aile, son deuxième poste, où il avait déjà été relégué dans l’équipe des Blues par des clients comme Isaia Toeava ou Benson Stanley ! Reste que, comme vous l’aurez compris, le relatif anonymat du All Black aux 4 sélections (pour 3 essais) fut de courte durée…

Titularisé à 19 reprises cette saison pour 26 feuilles de match, et cela malgré une entorse de la cheville qui le tint éloigné deux mois des terrains, Moala est devenu un élément essentiel au centre du terrain clermontois, devenant au fil des matchs le complément idéal de Wesley Fofana, au détriment de Rémi Lamerat. En grand joueur, Moala eut même le bon goût de hausser son niveau lors des phases finales, s’avérant l’un des éléments les plus redoutables de la ligne d’attaque auvergnate. Cela au point de franchir les lignes d’en-but à dix reprises cette saison, toutes compétitions confondues. "Il m’a fallu un peu de temps pour comprendre les subtilités de ce championnat et surtout la manière dont réagissaient mes partenaires sur le terrain, nous confiait-il en fin de saison. Dans un premier temps, j’ai beaucoup observé mes partenaires avant de trouver mes marques. Je suis un joueur qui fonctionne beaucoup au feeling et en plus, comme je ne parle pas le français, j’ai parfois eu du mal à communiquer sur le terrain avec mes partenaires. Je pense que la saison prochaine, je serai bien plus performant. " On ne demande qu’à voir même si, au vu de sa fantastique fin de saison, on a bien une petite idée quant à la possibilité de la chose…

Sur le même sujet
Réagir