• Charlie Ngatai, qualité black
    Charlie Ngatai, qualité black
Publié le / Modifié le
Top 14

Revue de l'élite (Centres) - #2 Ngatai : qualité black

S’il ne compte qu’une sélection avec les All Blacks, laquelle remonte en outre à 2015 face aux Samoa, l’ex-centre des Chiefs n’en incarnait pas moins une des sensations du recrutement lyonnais. Quelques mois plus tard, le verdict est sans appel : l’homme au casque jaune (qu’il porte depuis une saison blanche en 2016-2017, en raison de commotions cérébrales à répétition) s’est bien avéré un élément essentiel de la saison lyonnaise, de ceux par lesquels le Lou a su faire évoluer son jeu et maîtriser si brillamment sa phase régulière, conclue à la troisième place du championnat. La preuve ? Son absence sur blessure durant l’hiver coïncida avec la mauvaise passe du club rhodanien en Coupe d’Europe, achevée sur un zéro pointé durant la phase de poule. Tout sauf étonnant, au vu de l’influence énorme exercée par Ngatai dans tous les secteurs du jeu. "C’est un joueur complet de très haut niveau, le facteur X qu’il nous manquait, appréciait le manager du Lou Pierre Mignoni. C’est un prototype parfait de la culture néo-zélandaise, un cinq-huitième comme ils disent là-bas, avec une qualité de passe très élevée et un excellent jeu au pied, ce qui nous permet d’avoir une deuxième option en plus de l’ouvreur. Et en plus, il est très rassurant en défense, très fort sur l’homme. Même quand il se trompe, personne ne peut lui en vouloir. "

La parole de Mignoni prit notamment tout son sens après la victoire en barrage contre Montpellier. Ce jour-là, malgré une énorme erreur en début de match qui profita à Cruden et une prestation globalement médiocre, Ngatai sut trouver les ressources pour inscrire l’essai de la qualification des siens. Son dixième de la saison, soit un total tout à fait honorable pour un joueur au registre plus passeur que finisseur. Un papa idéal, en somme, pour permettre l’éclosion d’un jeune talent français à ses côtés, Pierre-Louis Barassi. Restera toutefois à Charlie Ngatai à tirer les bonnes leçons de sa première saison en Top 14, qu’il termina nettement moins bien qu’il l’avait commencée, la faute à une compréhensible usure. On ignore en effet si le Lou parviendra la saison prochaine à franchir enfin le cap des demi-finales, sur lequel il bute depuis deux ans. Mais l’unique certitude, c’est que les Lyonnais n’y parviendront pas l’an prochain sans un Ngatai à son meilleur niveau lors des matchs couperets…

Midi Olympique
Sur le même sujet
Réagir