• Reprise de l’entraînement pour les Aixois qui veulent faire de la nouvelle saison à venir celle de la progression avec en ligne de mire les sommets du Pro D2.
    Reprise de l’entraînement pour les Aixois qui veulent faire de la nouvelle saison à venir celle de la progression avec en ligne de mire les sommets du Pro D2. Robert Poulain -
Publié le / Modifié le
Pro D2

Provence Rugby : confirmer pour grandir

Après une saison maîtrisée et un maintien acquis sans trembler, l’équipe chère au président Denis Philipon veut s’affirmer et s’ancrer durablement dans ce Pro D2

La première saison dite d’apprentissage a été bien franchie et surtout réussie par les joueurs de Provence Rugby. Un maintien gagné avec brio, une dixième place à l’arrivée et un record de points dans un exercice de Pro D2 (68). C’est dire si le bilan est plus que positif pour un premier chapitre sportif. Mais, les dirigeants aixois ne veulent pas s’arrêter en si bon chemin et cultivent toujours ce mélange d’humilité et d’ambition, nécessaire pour continuer à gravir les échelons. C’est donc la mission qui a été confiée au nouveau staff des Noirs, dirigé désormais par Fabien Cibray. Une mission qui doit mener le XV aixois vers les phases finales d’ici trois saisons avec des étapes à franchir au fil des ans.

Et pour ce premier acte de l’ère Cibray, l’objectif est de faire au minimum aussi bien que l’an passé en consolidant les bases déjà acquises lors du précédent exercice. Rechercher finalement la stabilité à ce haut niveau d’exigence représente une nécessité absolue si l’on veut un jour tutoyer les sommets de l’antichambre de l’élite. Pour atteindre les objectifs, on a renforcé le staff technique avec l’arrivée de l’Irlandais James Coughlan pour gérer les avants épaulé par un conseiller Mathias Aguero. Chez les arrières, Yannick Osmond donnera, quant à lui, de précieux avis à Fabien Cibray. On a aussi solidifié le staff médical, l’intendance, le tout pour structurer encore plus fortement un staff prêt à aller au combat et surtout à faire progresser un groupe de joueurs également renouvelé, étoffé et enrichi avec de l’expérience à tous les postes. Sans oublier la fougue et le talent de jeunes individualités capables d’exploser dans ce monde pro.

Une vraie saison charnière

Provence Rugby s’est donc offert les armes, les atouts pour marquer son territoire et avancer sans sourciller dans sa quête du mieux. Avec, en chef de bande, un meneur, un leader qui sait où il veut aller et comment il veut mener sa troupe vers un jeu chatoyant et efficace. "J’ai mes idées sur le rugby, sur notre jeu que l’on doit produire, souligne Fabien Cibray, et en équipe, nous avons voulu instaurer un climat de travail qui va nous permettre de progresser. On se doit de trouver une assise stable et forte dans ce Pro D2. Si j’osais comparer avec la construction d’une maison, je dirai qu’avant de monter des étages, il faut avant tout renforcer et solidifier les fondations !" Et cette saison, les Provençaux n’auront plus cette image du nouveau promu qui débute chez les pros sans grandes certitudes. L’effet de surprise passé, les coéquipiers de Jo Edwards vont devoir se montrer costauds et solides à tous les postes pour s’affirmer et démontrer qu’ils ont largement la place d’évoluer à ce niveau-là. Mais, si l’aspect sportif a été travaillé, amélioré, peaufiné même, Provence Rugby continue parallèlement à grandir, à se structurer pour devenir un grand club pro et une véritable terre de rugby.

Le budget global du club est passé de 8 à 10 millions d’euros, les partenaires institutionnels et privés suivent cette dynamique enclenchée depuis maintenant plusieurs années et croient plus que jamais au projet aixois. Le stade Maurice-David poursuit également sa mue, sa transformation avec ses 6 000 places qui pourront demain ou après-demain monter jusqu’à 9 000 places. La stratégie clairement affichée, est d’avancer en bloc sans brûler les étapes mais en stabilisant l’ensemble à chaque progression. On veut indiscutablement retenir les leçons d’un passé récent et encore présent dans tous les esprits qui avait vu l’édifice se fragiliser et stopper net l’élan. Avec "cette véritable année charnière" comme aime à le rappeler le nouveau manager général, les Aixois vont vivre une saison synonyme de juge de paix qui doit leur faire franchir un palier sans encombre. Et, dans le haut niveau, ce sont justement ces saisons-là qui sont les plus difficiles à appréhender, à aborder et à négocier. Aucune régression sportive, aucun retour en arrière n’étant tolérés, il est évident que le plus dur recommence pour Provence Rugby…

Denis Ghigo
Sur le même sujet
Réagir