• Les Bayonnais sont enthousiastes à l’idée de retrouver le Top 14. Les voilà prêts à attaquer une période de préparation physique qui fera aussi la part belle au rugby. Le promu ne peut pas perdre de temps. Photo DR
    Les Bayonnais sont enthousiastes à l’idée de retrouver le Top 14. Les voilà prêts à attaquer une période de préparation physique qui fera aussi la part belle au rugby. Le promu ne peut pas perdre de temps. Photo DR
Publié le / Modifié le
Reportages

Bayonne : toujours plus vite, toujours plus haut

Les Basques ont repris la saison vendredi dernier. Le staff a déjà placé la barre haut. Mais les joueurs affichent du répondant. Les champions de France de Pro D2 sont entrés de plain-pied dans une autre dimension.

Il ne s’agissait pas d’une prérentrée. Mais d’une rentrée tout court, pleine, intense. Convoqués un vendredi, les joueurs n’étaient pourtant pas là pour remplir les formalités administratives. "On a réalisé les tests en ce vendredi et dès ce lundi on peut ainsi se plonger en plein dans le travail", confie Yannick Bru, déjà sur le pont depuis le début de la semaine avec son staff. Et ceux qui connaissent Ludovic Loustau ne seront pas surpris. Ce vendredi matin a été rude, la sueur n’a pas fait que perler. Elle a bien imbibé les tee-shirts. Et a été révélatrice de la bonne forme, déjà, des acteurs. Ils avaient un programme à suivre pendant leurs vacances. Et l’ont respecté. "C’était le deal, explique le préparateur physique. On leur a donné du temps pour qu’ils se régénèrent. Il fallait qu’ils reviennent à leur meilleur niveau de l’an dernier. Et c’est ce qu’il s’est passé. J’en suis très satisfait. Il y a eu une bonne prise de conscience. Le constat est le même pour les nouveaux." Aussi, cette phase de préparation sera-t-elle différente de celle de la saison dernière. Pour une toute autre raison que le changement de division. "Déjà, on se connaît mieux, continue Ludovic Loustau. On appréhende mieux le groupe. L’an dernier, c’était la découverte. On partait dans l’inconnu."

Cette entrée dans la saison ne sera pas que physique. Le staff a choisi de mixer le corporel avec le rugby. Il s’agit d’aller vite. "Il y aura plusieurs thèmes mais le rugby et les habiletés motrices ne doivent pas se perdre, précise le directeur de la performance. On ne peut pas se permettre de tout dissocier. Mais comme le groupe est en bonne condition physique, on va pouvoir avancer."

Communiquer de la joie de vivre

Après cette reprise où le travail physique va tout de même prédominer, le stage prévu à Getxo, dans la banlieue de Bilbao, du 23 au 28 juillet, va se présenter comme un tournant. Le rugby va alors prendre le dessus. Ce séjour dans le Pays basque espagnol va aussi éloigner les joueurs des fameuses fêtes de Bayonne. Une institution dans la capitale du Pays basque où les supporters bayonnais pensaient que les champions de France de Pro D2 allaient lancer les clés, comme le veut la coutume. Le staff ne leur accordera que la journée du dimanche, dernier jour des fêtes, pour qu’ils se plongent en famille dans cette ambiance si particulière.

C’est au cours de ce stage que seront abordés les objectifs de la saison. Qui sont d’ailleurs connus pour un promu… Mais là, les attentes seront formulées plus concrètement et affinées. "On pourra aller plus loin car on se connaîtra mieux, précise Yannick Bru. Aujourd’hui on en est à expliquer les incontournables de l’Aviron bayonnais. Car le Top 14 ne change pas fondamentalement ce qu’on a mis en place depuis l’an dernier. On garde le même cap, on a la même vision globale. L’Aviron reste un club formateur qui s’appuie sur des talents qui sortent du cru. Mais on a adapté le modèle car il faut qu’on prenne vite le rythme du Top 14. Maintenant le challenge qui nous attend, l’encadrement, c’est de réussir l’intégration des nouveaux, ils sont 14. Ce n’est pas rien dans un effectif." Une intégration à laquelle prennent part les anciens comme le capitaine Antoine Battut toujours soucieux du bien être du groupe : "Cela doit se faire naturellement, sans forcer les choses."

Certains comme Jean Monribot, visiblement enchanté, n’ont pas eu de mal à se fondre dans le groupe. "Je voulais revenir ici. C’est moi qui ai appelé. J’ai retrouvé mes marques, ma maison. Je suis vraiment heureux."

Reste à communiquer cette joie de vivre aux autres. Ils étaient tous là, excepté Census Johnston qui n’a pas encore signé, Edwin Maka, retenu aux îles Tonga par des soucis familiaux, Michael Ruru dont la saison de Super Rugby s’est terminée plus tard. Ils rejoindront Bayonne dans quelques jours. Latu Latunipulu, Mat Luamanu et Alofa Alofa reviennent aujourd’hui de l’hémisphère Sud en raison des contraintes de vols. Les blessés, Guillaume Ducat et Benjamin Collet, croisés du genou, sont là. Arnaud Duputs, après une saison blanche en raison de commotions, reprend normalement. Armandt Koster, victime lui aussi de commotions, ne pourra avoir le feu vert médical pour des contacts qu’à partir du 15 juillet.

Et pour l’instant, le stress du petit qui se retrouve en Top 14 ne semble pas encore avoir atteint les Bayonnais.

Edmond Lataillade
Réagir