• Le Cadre Fritz Lee
    Le Cadre Fritz Lee
Publié le / Modifié le
Top 14

Revue de l'élite (troisième ligne centre) - #1 Fritz Lee : le Cadre

Auteur d’une nouvelle saison époustouflante, Fritz Lee prouve qu’il est un cran au-dessus de ses concurrents à son poste. Précieux dans les grands matchs, il a mené de main de maître l’ASM Clermont Auvergne jusqu’en finale. Largement suffisant pour dominer ce classement des numéros 8.

Le Cadre Fritz Lee
Le Cadre Fritz Lee

Peut-on vraiment parler de surprise ? Malgré de sacrés clients pensionnaires comme lui du Top 14, c’est le taulier à son poste. Fritz Lee impressionne depuis son arrivée en France en 2013, en provenance des Chiefs. S’il était alors un jeune joueur talentueux auteur de deux saisons intéressantes en Super Rugby, il s’est rapidement imposé comme une référence en Europe. Le joker médical d’Elvis Vermeulen, encore plus timide à cette époque, fait vite ses preuves au point que le club décide de le prolonger de trois ans et demi. Pourtant l’intéressé n’était pas exactement à l’aise à son arrivée : "J’étais nerveux, stressé. En arrivant ici, j’ai dû m’ouvrir. Il y avait tellement de barrières, de défis à relever", déclarait-il avant la finale. Mais pour les observateurs, nul doute que ce garçon samoan a quelque chose en plus. En témoigne le premier concerné, Franck Azéma : "Il est très précis dans l’exécution du geste technique, a de très bonnes mains, des skills excellents, des attitudes au contact très précises. Des standards de très haut niveau dans la lecture, les choix, l’exécution."

Nouvelle saison au sommet

De plus, Fritz Lee a une nouvelle fois prouvé son exemplarité. L’un des plus féroces défenseurs du championnat a plaqué à tour de bras malgré son positionnement reculé dans le second rideau (voir chiffres ci-contre). Surtout, en plus de manier la balle aisément au travers de qualités mentionnées ci-dessus, le Samoan de 30 ans possède des capacités physiques rares, lui permettant de coffrer les assaillants les plus redoutables ou d’attirer plusieurs joueurs avec lui dans sa chute.

À Clermont, quand l’automne est passé et a emporté avec lui le fauteuil de leader, les matchs n’ont pas tous été survolés. Une constante a demeuré, cependant, avec le numéro 8 dans le dos. Rarement Lee passe à côté. Au contraire, il se bonifie avec l’intensité des matchs. En demie et en finale de Top 14, il a impressionné par son abattage. Surtout, en impulseur du collectif, il relève le niveau de ses partenaires avec lui. Ainsi, il est épaulé et suivi par Sébastien Vahaamahina ou Alexandre Fischer notamment, moins expérimentés et plus versatiles. Ses départs de mêlées fracassants effrayent et sont toujours aussi perforants, son énorme activité défensive épate et son assurance sous les ballons aériens rassure ses partenaires.

Avoir un élément de cette stabilité, et ce depuis six saisons, est évidemment un trésor pour un club de l’envergure de Clermont. Particulièrement avec les enjeux qui en découlent. Aussi, désormais trentenaire, il s’épanouit dans un rôle d’accompagnateur. L’avènement de joueurs à ses côtés tels qu’Arthur Iturria ne lui est d’ailleurs pas étranger. Et l’arrivée de Faifili Levave ne sera pas suffisante pour le déstabiliser. À 30 ans, Fritz Lee est au sommet de son art et ne semble pas vouloir décliner. Tant mieux pour Clermont.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir