• Claassen (Racing 92)
    Claassen (Racing 92) Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Revue de l'élite (Troisième ligne centre) - Les cas à part : Claassen fait de la résistance

Deux saisons médiocres et puis revient. Antonie Claassen a voulu effacer beaucoup de choses cette année. D’abord, donc, les deux précédents exercices qui l’ont vu très peu jouer, la faute à Yannick Nyanga et Leone Nakarawa, et qui avaient fait oublier l’impérial Claassen appelé six fois en équipe de France. Le natif de Durban a cumulé 17 feuilles de match en championnat dont 15 en titulaire. Ensuite, son âge avancé de 34 ans, qui ne l’a pas empêché de s’imposer et d’en imposer. Enfin, la concurrence qui s’intensifiait l’été dernier, et qui laissait présager une nouvelle saison blanche. Il n’en a rien été. L’ancien Castrais est revenu au niveau qu’il avait au CO justement, et a poussé la recrue Fabien Sanconnie et la pépite Jordan Joseph sur le banc, tandis que Leone Nakarawa n’a goûté au numéro 8 seulement deux fois. Anthony Jelonch a lui peiné à surfer sur les remarquables années 2017 et 2018. Appelé en équipe de France, champion de France puis sur le point de signer à Toulouse, il a à l’image de son club progressivement régressé pour tomber dans la banalité d’une écurie en milieu de classement. Son repositionnement en numéro 8 n’a pas convaincu dans la durée. Q. P.

Sur le même sujet
Réagir