• Ian Madigan (Irlande) lors de la défaite en quart de finale contre l'Argentine durant la Coupe du monde 2015
    Ian Madigan (Irlande) lors de la défaite en quart de finale contre l'Argentine durant la Coupe du monde 2015 Sportsfile / Icon Sport -
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

L’anecdote historique : l'élimination directe, le fléau irlandais

Si les Irlandais n’ont jamais disputé de demi-finale de Coupe du monde, c’est pour une bonne raison, à savoir leur incapacité à remporter des matchs à élimination directe. Une seule fois en effet les Irlandais ne sont pas parvenus à sortir de la phase de poule : c’était en 2007 en France, où les Verts avaient été devancés par les Argentins et par les Bleus. En revanche, dans les sept autres éditions, les Irlandais ont eu à négocier des matchs de phase finale, qu’ils ont systématiquement perdus. Leur aventure s’est ainsi arrêtée en quarts de finale contre l’Australie en 1987 (33-15) et en 1991 (19-18) au terme d’un match mémorable disputé à Lansdowne Road qui vit le troisième ligne Gordon Hamilton inscrire un essai d’anthologie, avant que Michael Lynagh ne vienne crucifier toute une nation dans les arrêts de jeu. Les Irlandais ont également concédé la défaite à deux reprises face au XV de France, en 1995 (36-12) ainsi qu’en 2003 (43-21). Le pays de Galles y est également allé de sa morsure, lors de la Coupe du monde 2011 en Nouvelle-Zélande (22-10). Toutefois, ce sont bien les Argentins qui se sont montrés les adversaires les plus cruels… D’abord parce qu’en 1999, les Pumas ont privé l’Irlande d’un quart de finale à domicile contre les Bleus, en battant les Verts lors d’un match de barrage mémorable disputé à Lens (28-24), gagné grâce à la botte de Gonzalo Quesada et un essai de filou de Diego Albanese. Pire, en 2015, c’est dans un Millennium Stadium totalement acquis à la cause irlandaise que les Argentins remportèrent leur quart de finale, cette fois sans la moindre contestation possible (43-20).

Alors, comment expliquer pareille malédiction au moment de négocier les matchs à élimination directe?Le premier élément de réponse tient fatalement dans le classement des matchs de poule, que les Irlandais terminent généralement en deuxième position (hormis en 2015), ce qui les oblige à affronter des premiers. L’objectif de 2019 est donc tout trouvé, d’autant que les Verts ont cette fois bénéficié d’un tirage abordable qui les verra affronter l’Écosse, le Japon, les Samoa et la Russie. Et qu’en cas de deuxième place, les Irlandais seront probablement contraints d’affronter la Nouvelle-Zélande, favori logiquement désigné de la poule B.. Un écueil qu’on ne leur souhaite pas, bien sûr. Toutefois, partant du principe que les hommes de Joe Schmidt pourraient être contraints d’affronter la redoutable Afrique du Sud en quarts de finale, il est encore un peu tôt pour miser sa paie sur une première victoire historique de l’Irlande dans un match à élimination directe… 

Sur le même sujet
Réagir