• Les Aindinois fêtent la montée en Honneur après leur succès face à Chassieu. Photo DR
    Les Aindinois fêtent la montée en Honneur après leur succès face à Chassieu. Photo DR
Publié le / Modifié le
Amateurs

Toujours plus haut !

Honneur ENCORE EN DEUXIÈME SÉRIE DÉBUT 2015, LE CLUB DE L’AIN A DÉCROCHÉ CETTE ANNÉE SA TROISIÈME MONTÉE ET NE COMPTE PAS S’ARRÊTER EN SI BON CHEMIN PUISQU’IL VISE L’ACCESSION EN FÉDÉRALE 3 DÈS LA SAISON À VENIR.

Au pied du Jura, à proximité de la Suisse, l’US Pays de Gex (USPG) est un club qui monte. Depuis 2015, les années impaires lui réussissent particulièrement bien. Les Aindinois ont commencé par remporter le bouclier de Deuxième Série du Lyonnais. Après deux saisons en Première Série, ils ont obtenu en 2017 la montée en Promotion Honneur. Et cette année, grâce à leur victoire face à Chassieu (38-29), le 31 mars, en huitième de finale de la Ligue Auvergne-Rhône Alpes, c’est l’accession en Honneur que les hommes du capitaine Pascal Masapollo ont décrochée. Certains cadres à l’instar du pilier Thomas Defossez, des frères Boukanoucha et Raufaste ont vécu toutes, ou en grande partie, ces belles aventures. "Je bosse avec le groupe fanion depuis 2014. Chaque année, on intègre des juniors et on fait venir quelques recrues. La mayonnaise a pris tout de suite. Le niveau augmente par l’apport de joueurs de niveaux au-dessus que je connais. Ça permet de tirer le groupe vers le haut, explique l’entraîneur et directeur sportif Kouider Gasmi. Devant on est très bons en conquête et derrière on est très vifs et on s’appuie sur une défense de fer", précise celui qui est aussi coach des avants du Maroc. Au-delà de la qualité du groupe, la clé du succès, réside, selon l’ancien joueur de Rumilly, dans le mode fonctionnement mis en place. "Je construis le projet avec les joueurs. C’est vraiment un management participatif. On gagne du temps et ça soude une équipe."

Le jeu fait partie de l’ADN du club de l’Ain. "Il faut que les joueurs et les spectateurs prennent du plaisir, souligne le président Antony Bernard. Il faut jouer. Ce n’est pas notre philosophie d’avoir un paquet d’avants qui garde le ballon, monter deux, trois chandelles, attendre des fautes et marquer des points par un buteur, non. Ce n’est pas comme ça qu’on doit former les jeunes."

UN CLUB FORMATEUR

La formation est très importante à l’USPG, qui a eu en son sein le pilier Stéphane Clément (Stade français) et l’ouvreur Julien Gros (ex-Bourg-en-Bresse), notamment. "On est un club très famille et formateur. Depuis toujours on a des enfants qui vont à Oyonnax, Bourg, Bourgoin…", informe le président. Cette année, c’est le Lou qui va profiter de Thomas Baraillé, prometteur deuxième ligne. "Les gamins, nous les laissons partir. Ils vont peut-être vivre un peu du rugby pro ou semi-pro et un jour ou l’autre ils vont revenir à la maison", explique Antony Bernard. Vainqueur du Challenge du Manoir le mois dernier avec Mâcon, le centre Julien Perruchoud fait partie par exemple des neuf recrues, ayant connu les joutes fédérales, à retrouver l’USPG pour l’exercice 2019-2020. Sans compter les sept juniors qui montent. "L’objectif est déjà annoncé : on veut tout de suite monter en Fédérale 3", ne cache pas Antony Bernard. Toujours chapeauté par Kouider Gasmi, le staff évolue puisque Morgan Benetti prend en charge les trois-quarts, à la place de Lyes Hamoudi, en plus de la préparation physique. Franck Perrin et David Marion poursuivent leur mission en réserve et Philippe Karst comme soigneur.

Date de création : 1996 (fusion RC Gex avec Ferney-Voltaire)

Nombre de licenciés : 382

Plus haut niveau atteint : Deuxième division nationale (RC Gex)

Palmarès : champion du Lyonnais Deuxième Série (2015), champion du Lyonnais réserve Première Série (2016), vice-champion de la Ligue Auvergne-Rhône-Alpes (Aura) Promotion Honneur (2019)

Budget : 170 000 €

En 2018-2019 : Promotion Honneur Ligue Aura, 1er de la poule 5, finaliste de la Ligue, éliminé en seizièmes de finale du championnat de France

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir