• Pro D2 - Christian Labit (Manager sportif de Carcassonne) avec ses joueurs
    Pro D2 - Christian Labit (Manager sportif de Carcassonne) avec ses joueurs Stéphanie Biscaye - Stéphanie Biscaye
Publié le / Modifié le
Entretiens

Labit : "Soyons plus ambitieux"

Pour sa deuxième saison pleine consécutive, l’entraîneur carcassonnais Christian Labit voit plus haut grâce à une intersaison sereine et un recrutement intéressant.

Comment se déroule l’intersaison à Carcassonne ?

J’ai tenu à ce que la préparation cette année soit différente des précédentes. On était beaucoup en mode survie pendant un an et demi après mon arrivée alors qu’aujourd’hui j’ai davantage de temps pour organiser quelque chose de plus sérieux. Avec plus d’hommes qu’on a pu se permettre de recruter, on a un effectif plus grand, c’est pourquoi j’ai voulu une préparation plus intense.

Le maintien acquis plus tôt est donc une aubaine…

Cela nous permet de recruter plus et à la sortie, on fait tout plus tôt. Le recrutement, la montée en intensité de la préparation se fait plus sereinement. Il faut du temps, de la difficulté, de la souffrance pour beaucoup alors on essaie d’intégrer le ballon pour ajouter un peu de ludique là-dedans.

À ce niveau et à cet âge, l’intégration du ballon est-elle toujours aussi importante ?

Oui, je tiens à ce qu’il y ait toujours du plaisir dans le dur.

Après deux semaines d’entraînement pour les nouveaux et quatre pour les anciens, n’est-ce pas le pire moment dans la transition ?

D’où l’intérêt de vite remettre le ballon pour créer de la connexion entre les anciens et les nouveaux. Mais ça se fera avec le temps. Aujourd’hui on est conscients d’avoir recruté 14 joueurs donc il faudra du temps pour que cette connexion se fasse. La grosse force de notre recrutement est d’avoir conservé le noyau dur, si ce n’est la quasi-totalité de l’équipe-type (sauf évidemment les joueurs que nous avons tenus à ne pas conserver). Cela aidera à l’insertion des nouveaux.

Retrouve-t-on Carcassonne dans une sorte de continuité ?

On va essayer de prolonger ce que l’on a mis en place l’an dernier parce que ça fonctionnait bien. Et on va y ajouter des qualités offensives. Ma philosophie est de faire plus de passes que l’adversaire, c’est ma façon de voir le rugby. Et pour ça il faut les hommes, forcément. Jusqu’à présent j’avais beaucoup de joueurs sous contrat dont je n’avais pas la responsabilité. Je m’adaptais donc aux hommes que je devais avoir. Là, j’ai un recrutement que j’ai réussi à faire avec Mathieu Cidre et Julien Séron, en adéquation avec ce que l’on veut mettre en place. Notre jeu sera le même avec les mêmes hommes qui ont réalisé les très bons matchs que nous espérerons multiplier grâce aux renforts qu’il y a eus.

Où placez-vous les objectifs du club ?

On ne va pas s’enflammer. La saison dernière nous avons eu plus de certitudes, fait de très bons matchs, on a même été sur le podium en novembre. Désormais nous voulons exister plus longtemps, jusqu’aux mois de janvier-février et on avisera seulement à ce moment-là. Évidemment on veut faire mieux (avec le plus petit budget rappelons-le), ce serait donc rentrer dans les 8,9 premières places. Mais en toute honnêteté, cet objectif est plutôt pessimiste pour un entraîneur et ne donne pas la sensation de plaisir (sourire)… Soyons plus ambitieux et rapprochons-nous de ce qui se fait de mieux le plus vite possible.

Sur le même sujet
Réagir