Publié le / Modifié le
Top 14

Moins 3 ans de moyenne d’âge

Arrières

Revenu du diable Vauvert après une blessure au poignet pour disputer les phases finales la saison dernière, Jean-Marcellin Buttin fait désormais figure d’ancien depuis le départ de Delon Armitage. Son principal concurrent sera bien entendu la recrue Clément Laporte, champion du monde U20 l’an dernier, qui a pleinement pris part au maintien d’Agen et arrivera pour franchir un cap. Mais Pierre Mignoni n’oublie bien évidemment pas l’excellent intérim assuré par Toby Arnold la saison dernière, qui fait de lui bien mieux qu’une doublure. En cas d’urgence, Charlie Ngatai ou Alexis Palisson peuvent évidemment couvrir le poste.

Ailiers

En quête de facteurs X, les Lyonnais ont frappé un grand coup en recrutant la bombe fidjienne Josua Tuisova, qui sort d’une saison perturbée sur la rade et voudra se montrer sous son meilleur jour à son retour de la Coupe du monde. En attendant, le Lou pourra toujours compter sur le créateur Noa Nakaitaci et le finisseur Toby Arnold, auteurs d’une saison pleine, sans oublier Xavier Mignot qui a encore joué de malchance avec les blessures au plus mauvais moment de la saison, ou Alexis Palisson qui a le chic de toujours surgir au moment où on ne l’attend plus.

Centres

En quelques mois à peine, le All Black Charlie Ngatai a réglé toute la concurrence et conquis une place d’indispensable, qu’il lui faudra confirmer cette saison. Son association avec le jeune Pierre-Louis Barassi, pur second centre, a tout pour séduire cette saison encore, d’autant que le club n’a pas recruté à ce poste cette saison. Le puissant Thibaut Regard (également susceptible d’évoluer à l’aile) et le toujours sobre Rudi Wulf complètent un effectif qui pourrait s’enrichir de l’arrivée progressive du jeune Ethan Dumortier, qui faisait partie du groupe champion du monde U20 cet été après avoir été doublement surclassé. La grosse cote de la saison ? À voir, en fonction des opportunités…

Ouvreurs

Arrivé sans tambours ni trompettes de Toulon l’été dernier, Jonathan Wisniewski s’est progressivement installé dans un costume de patron et de dépositaire du projet de jeu. Toutefois, la concurrence s’est enrichie cette saison de l’élégant Patricio Fernandez, arrivé de Clermont, susceptible d’apporter un supplément de fantaisie en attaque tandis que, dans le style opposé, Jean-Marc Doussain fait figure de valeur on ne peut plus sûre, doublé d’un buteur fiable.

Demi de mêlée

 Après avoir subi la première grosse blessure de sa carrière, Baptiste Couilloud a manqué le train de la Coupe du monde. Forcément une désillusion qu’il s’agira de laver en club, avec un tout nouveau statut de capitaine. Animateur patenté, le jeune lyonnais doit encore franchir un cap dans la gestion, ce à quoi cette responsabilité supplémentaire pourrait contribuer. À ce poste qu’il connaît par cœur, Mignoni pourra encore compter sur Jonathan Pélissié qui a levé certains doutes la saison dernière, ainsi que sur le polyvalent Jean-Marc Doussain.

Numéros 8

Le titulaire de la fin de saison dernière Deon Fourie s’en est en allé à regret pour Grenoble, en Pro D2. Son "remplaçant " tout désigné est bien évidemment Carl Fearns, opéré en fin de saison et désireux de rattaquer tambour battant, après deux saisons délicates d’un point de vue physique. Revenu de son prêt à Massy, Tanginoa Halaifonua voudra prouver qu’il s’est aguerri en Pro D2 tandis que Loann Goujon souhaitera s’imposer davantage à son poste de formation.

Troisième ligne aile

En prenant progressivement le rôle d’entraîneur-joueur de la touche cette saison, le vétéran Julien Puricelli s’est délesté de son rôle de capitaine, et passera progressivement la main. Son remplaçant tout désigné n’est évidemment personne d’autre que Dylan Cretin, qui présente exactement les mêmes caractéristiques et dont la complémentarité avec le fantastique Liam Gill n’est plus à prouver. Dans son registre de joueur de rupture, Patrick Sobela aura toutefois une belle carte à jouer, à condition de gagner encore en densité dans les contacts, avec ou sans ballon.

Deuxième ligne

Pierre angulaire du pack lyonnais, Hendrick Roodt sera encore une fois très difficile à déloger de son poste de titulaire, au vu de son singulier registre pour lequel seul son compatriote Étienne Oosthuizen est également taillé, sans oublier le jeune Martial Rolland qui cherchera à grappiller un peu plus de temps de jeu que l’an dernier. En effet, en deuxième ligne, Pierre Mignoni ne fait aucun mystère de sa volonté d’aligner un joueur plus léger au nom de sa mobilité. C’est évidemment le cas de l’international Félix Lambey, qui devra toutefois prendre garde à son retour à la concurrence du double champion du monde Kilian Geraci, arrivé de Grenoble à l’intersaison et qui présente sur le papier tous les atouts pour s’inscrire dans la rotation. Enfin, la reconversion dans la cage de Virgile Bruni est désormais officielle, et sera plus qu’intéressante à suivre.

Piliers

À droite, la recrue majeure se nomme évidemment Demba Bamba, qui manquera toutefois les premiers mois en raison de la Coupe du monde. Ce sont donc les "anciens " Francisco Gomez Kodela et Clément Ric qui se partageront le poste en début de saison, jusqu’à l’arrivée de l’international tricolore, tandis que le jeune Kévin Yameogo voudra également faire valoir son physique avantageux. Du côté gauche, le titulaire de l’an dernier Raphaël Chaume devra se méfier de l’arrivée du revanchard toulonnais Xavier Chiocci et de la recrue briviste Vivien Devisme, à la tenue en mêlée réputée. Le jeune Hamza Kaabèche poursuivra de son côté son apprentissage, aux côtés de Sami Zouhair qui voudra profiter de la moindre opportunité.

Talonneurs

Bien installé depuis plusieurs saisons, Mickaël Ivaldi sera encore une fois difficile à déloger, du haut de son statut de meilleur lanceur du Top 14 et de son activité en défense. Toutefois, Jérémie Maurouard aura logiquement pour ambition de délester de son costume d’éternelle doublure tandis qu’on regardera de très près l’éclosion du jeune géorgien Badri Alkhazashvili, arrivé d’Aix-en-Provence et annoncé comme une petite bombe.

Sur le même sujet
Réagir