Publié le / Modifié le
Pro D2

Un groupe gonflé à souhait

Arrières

La hiérarchie à ce poste semble déjà définie, après l’excellente saison de Steven McMahon, joueur le plus utilisé de l’effectif. Benoît Jasmin, probablement plus utilisé sur l’aile, sera néanmoins une bonne solution de repli, tout comme Félix Le Bourhis, centre de métier mais capable de jouer dernier défenseur.

Ailiers

Les deux places vont se jouer entre des concurrents à forces quasiment égales. Benoît Jasmin, sûr sous les ballons aériens et excellent à la relance, indéboulonnable l’an passé, semble un postulant évident. Sébastien Giorgis aussi était trop bien installé sur l’aile côté fermé pour ne pas jouer. À moins que le jeune Fidjien Jone Tuva, prêté par le Lou et doté de belles qualités, ne s’impose. L’international allemand Maxime Oltmann est lui aussi susceptible de jouer sur les deux ailes.

Centres

Un des postes les plus indécis et homogènes pour l’exercice à venir. Si l’arrivée de Félix Le Bourhis en fait un concurrent redoutable, de par son expérience et son envie de rejouer, la question se pose surtout pour son partenaire au centre de l’attaque. Louis Marrou et Julien Rey seront donc les deux principaux concernés par le poste de numéro 12. Fabien Grammatico, s’il échappe aux pépins physiques qui l’ont éloigné des terrains la saison dernière, devrait lui aussi participer aux débats.

Ouvreurs

Gilles Bosch, l’un des tout meilleurs éléments du championnat, sera évidemment une pièce maîtresse du système de Christian Labit. Antoine Lescalmel parti vers de nouveaux horizons, il fallait lui trouver un remplaçant. Et c’est le jeune Romuald Séguy, 23 ans et en manque de jeu à Perpignan, qui épaulera Bosch.

Demi de mêlée

Statu quo pour le poste de chef des avants. Grâce à son passé d’international australien et joueur des Waratahs et des Brumbies, Joshua Valentine attaque ce nouvel exercice à 36 ans comme un leader naturel. Porté sur la transmission lors des sessions d’entraînement, il aura de nouveau pour mission d’accompagner Damien Anon et Carol Raynaud, respectivement de 12 et 10 ans ses cadets. Ceux-ci, à moins d’un contretemps, devraient jouer les rôles de suppléants.

Numéros 8

L’éternel Bakary Meïté, auteur d’une nouvelle très bonne saison, est un cadre du vestiaire et le second capitaine de l’effectif. Suffisant pour le voir à l’arrière de la mêlée davantage que ses concurrents, souvent polyvalents et appelés à jouer sur le côté de la mêlée. Il faudra toutefois compter sur Vavae Tuilagi, s’il est épargné par les blessures. Le Sud-Africain venant d’Agen Christiaan Van der Merwe sera une alternative possible, bien que son profil soit préféré dans la cage, à l’image de l’Anglais Darrel Dyer.

Troisième ligne aile

Des certitudes demeurent quant aux flankers utilisés par le staff de l’USC. Présent à l’intégralité des matchs joués l’an dernier, Pierre Huguet est incontournable pour son apport défensif et sa fiabilité. On imagine Joël Koffi, historique du club, se poser comme un numéro 7 plus que valable malgré son âge avancé mais avantagé par ses atouts dans les rucks. Derrière subsistent plus de doutes. Clément Doumenc, qui s’est révélé au grand public et a été nommé capitaine à deux reprises, pourrait connaître la saison de la confirmation. L’ex-Toulousain Yohann Gbizié aura lui une carte à jouer sur les bouts pour cette première saison en pro.

Deuxième ligne

Des recrues, des possibilités et donc beaucoup de concurrence à ce poste qui a vu du renfort arriver. Mais les anciens, tels que Darrel Dyer et Romain Manchia ont une légère avance. Le premier, poussé seconde latte en fin d’exercice, devrait y rester selon la forme de Bakary Meïté en 8. En tous les cas il jouera probablement une majorité des rencontres. Déjà très expérimenté, le second a prouvé sa compétence de manière à rester titulaire. Suivent alors les trois recrues sud-africaines dans la cage. Christiaan Van der Merwe, 22 ans et ancien Agenais, devrait se poster derrière les deux nommés pour faire jouer la concurrence. Il n’a pas encore pu se montrer à Agen et aura certainement l’occasion de le faire dans la mesure où Rynard Landman, ne lui bloque pas le passage. En effet après avoir commencé la saison aux Newport Dragons il a filé à Soyaux-Angoulême pour jouer presque tous les matchs de Pro D2. Mais des trois, le plus susceptible de fouler la pelouse sera certainement Claude Dry, en France depuis treize ans et joueur important du groupe montalbanais l’an passé.

Piliers

Indestructible, inépuisable, Andrei Ursache sera bien de retour dans le Pro D2. Capitaine de Carcassonne, il apportera toutes ses qualités dans une saison qui promet d’être excitante. Mais il ne démarrera peut-être pas immédiatement la saison, suite à un souci au ménisque du genou. C’est là qu’intervient le petit nouveau Alexandre Dardet, en recherche de temps de jeu après une saison frustrante à Grenoble. Il a quand même un joli total de 26 matchs dans l’élite et pourrait éclore dans l’Aude. À droite la rivalité se fera plus féroce. L’Irlandais Denis Coulson, auparavant au Stade français, s’est engagé pour jouer plus. Julien Facundo a quitté Montauban pour un nouveau challenge à 33 ans. Le jeune Aurélien Azar fera office de challenger face à cette belle concurrence alors que Xérom Civil, venant du SUA, pourra être l’élément le plus complet des cités précédemment. Il a la connaissance du plus haut niveau et revient dans un club qu’il connaît, après une pige en 2017-2018.

Talonneurs

Devant Maxime Castant et Thomas Sauveterre devrait apparaître la potentielle recrue Talemaitoga Tuapati en provenance d’Aix-en-Provence. En fin de contrat, l’international fidjien est chômeur et son arrivée n’est donc pas encore officielle. Mais dans ce cas, ce serait un titulaire indiscutable en raison de la grosse activité qu’il a montrée à Aix. Les deux premiers cités auront donc le reste, après le départ à la retraite de Luc Bissuel.

Sur le même sujet
Réagir