Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

L'anecdote historique : triste record du plus grand nombre de points encaissés sur un match

C’était un autre temps, où le Japon était une nation plus que mineure de ce sport. C’était en 1995 lors de la Coupe du monde disputée en Afrique du Sud, le 4 juin pour être exact, et les Nippons affrontaient les All Blacks, l’un des grands favoris à la victoire finale.

Ce jour-là, et parce qu’ils étaient tombés dans une poule très relevée, les Cherry Blossoms n’avaient plus aucune chance de qualification après avoir déjà perdu face aux Gallois (10-57) puis aux Irlandais (28-50). En face, les Néo-Zélandais, déjà assurés de leur billet pour les quarts de finale, avaient ainsi choisi de faire tourner leur effectif et la star Jonah Lomu n’était même pas sur la feuille de match, quand la charnière Graeme Bachop-Andrew Merhtens était placée sur le banc des remplaçants. Cela ne les a pas empêchés de survoler les débats comme jamais. C’est que les Japonais amateurs de rugby nommeront le désastre de Bloemfontein… En effet, les hommes d’Osamu Koyabu, alors sélectionneur, ont vécu un cauchemar pendant 80 minutes et encaissé la bagatelle de 145 points, record qui tient toujours. Même si celui du plus gros écart a été depuis battu par l’Asutralie en 2003, qui avait écrasé la Namibie 142-0. Là, les Nippons étaient tout de même parvenus à inscrire 17 points, dont deux essais par le seul troisième ligne Hiroyuki Kajihara. Largement insuffisant pour sauver l’honneur, tant ils furent humiliés par l’équipe bis des All Blacks. L’ouvreur Simon Culhane fêtait par exemple sa première sélection sous la tunique noire et il en a profité pour marquer 45 points, dont 20transformations ! Il faut dire que la Nouvelle-Zélande en avait totalisé 21 au coup de sifflet final (ce qui fait plus d’un essai toutes les quatre minutes), dont six pour le trois-quarts centre Marc Ellis, qui finira la compétition au rang de meilleur marqueur d’essais, à égalité avec Lomu, avec… sept unités. Si le Japon n'est pas encore une grande nation de ce sport, cette époque est toutefois lointaine.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir