• Les recrues Malino Vanai et Raphaël Lagarde poursuivent leur très intensive préparation sous l’œil avisé du nouveau manager Christophe Laussucq. Photo DDM — Jean-Michel Mazet
    Les recrues Malino Vanai et Raphaël Lagarde poursuivent leur très intensive préparation sous l’œil avisé du nouveau manager Christophe Laussucq. Photo DDM — Jean-Michel Mazet
  • Une page blanche
    Une page blanche
  • Une page blanche
    Une page blanche
Publié le / Modifié le
Top 14

Agen : Une page blanche

Après les vastes changements opérés à l’intersaison, le sua est à pied d’œuvre pour se forger des repères communs. Pour ce faire, le staff suaviste a concocté un programme estival copieux, avec notamment trois matchs amicaux plutôt que deux.

Les années se suivent et se ressemblent au SUA. Cette saison encore, il faudra tout reconstruire. L’an passé, Mauricio Reggiardo et son équipe avaient eu du pain sur la planche en devant compenser une grosse quinzaine de départs parmi lesquels figuraient de véritables cadres de l’effectif suaviste tels que le pilier Arthur Joly, les deuxième ligne Corentin Braendlin et Leandro Cedaro, les troisième ligne Akapusi Qera et Antoine Erbani, les centres Pierre Fouyssac et Filipo Nakosi, l’ailier George Tilsley et l’arrière Florian Denos… Une refonte si profonde qu’elle aurait pu coûter sa place en Top 14 à bien des équipes, mais pas au SUA qui a assuré son maintien avec autorité et une confortable avance de neuf points sur Grenoble, treizième et finalement relégué.

Cette année encore, les Agenais seront condamnés à l’exploit. Comme la saison passée, une grande partie des héros du maintien sont partis. Dix-sept, pour être précis, parmi lesquels on trouve Yoan Tanga-Mangene, Antoine Miquel, Denis Marchois, Quentin Béthune, Ricky Januarie, Jake McIntyre, Julien Hériteau et Clément Laporte pour ne citer qu’eux. Sans oublier bien sûr le changement de manager et l’arrivée de Christophe Laussucq à la tête du SUA qui confirme le phénomène : "Cela fait deux ans que le club perd presque son XV de départ à l’intersaison. On repart presque d’une feuille blanche. " Déjà jeune l’année dernière, l’effectif agenais s’est encore rajeuni : "Nous avons axé notre recrutement sur des jeunes de qualité. " Résultat, le SUA a compté pas moins de treize arrivées à l’intersaison, sans compter les huit espoirs qui ont intégré le centre de formation. Des nouveaux venus rapidement intégrés par les tauliers restants (Ryan, Phéliponneau, Tetrashvili, Barthomeuf, Murday, Farré, Abadie, Berdeu, Sadie et Lamoulie) au cours d’un stage mémorable de huit jours organisé à Lacanau au début du mois où les Agenais ont volontairement pratiqué des activités extra-rugby pour créer des liens.

Au révélateur du top 6

Depuis, le retour dans le Lot-et-Garonne s’est avéré studieux : "Nous sommes partis pour trois semaines de travail sur l’aspect foncier", nous expliquait en fin de semaine dernière Christophe Laussucq. "À mesure que les semaines passeront, nous augmenterons la part de rugby. Nous avons déjà commencé à travailler les lancements, les annonces, etc... Mais à faible intensité." Les Agenais font également partie des rares équipes de Top 14 à avoir choisi de disputer trois matchs amicaux, contre Mont-de-Marsan, Montpellier et La Rochelle. Un choix toutefois logique au vu des circonstances : "Le groupe est jeune, il a besoin de jouer un maximum ", explique Laussucq. "L’effectif compte aussi des recrues qui n’ont que peu joué l’année dernière, comme le numéro huit Pearce en raison d’une blessure et de la charnière Chauveau-Lagarde à cause de la concurrence." Trois rencontres dont deux face à des cadors du championnat : "Je voulais trois matchs, et Philippe Sella m’a proposé Montpellier et La Rochelle. Ce sont deux équipes du Top 6, c’est parfait pour nous. Nos jeunes auront ainsi l’occasion de s’étalonner d’emblée." De quoi leur offrir une formation express pour survivre dans l’enfer du Top 14.

Réagir