• Test match - Beauden Barrett (Nouvelle-Zélande) contre le Pays de Galles
    Test match - Beauden Barrett (Nouvelle-Zélande) contre le Pays de Galles Actionplus / Icon Sport - Actionplus / Icon Sport
Publié le / Modifié le
International

Barrett : au pied du mur

En matière de timing, la NZRU pouvait difficilement rêver mieux. Alors que l’exode des vieilles gloires pour le Japon ou l’Europe bat son plein, c’est avec une fierté non dissimulée que la Fédération néo-zélandaise a annoncé la prolongation pour quatre saisons de l’ouvreur des All Blacks, assortie d’un lucratif transfert qui le mènera des Hurricanes aux Blues. Alors, tant pis si demeure, pour Barrett, la possibilité contractuelle de disputer une saison au Japon, probablement en 2021. L’essentiel dans cette annonce, avant le Rugby Championship et la prochaine Coupe du monde, visait surtout à entretenir un climat de confiance autour de l’ouvreur des Blacks. Car cette confiance, voyez-vous, s’est avérée sérieusement ébranlée ces derniers mois d’un point de vue sportif, avec le troisième titre consécutif des Crusaders en Super Rugby et surtout cette demi-finale qui vit Barrett perdre son duel direct face à Richie Mo’unga, son concurrent numéro un, dont une bonne partie des observateurs néo-zélandais aimerait qu’il soit le choix numéro un de Steve Hansen pour le prochain Mondial…

le vieux débat des tirs au but

Autant dire que c’est avec une certaine pression que Beauden Barrett entamera cette nouvelle édition du Super Rugby. Car si Steve Hansen a choisi de maintenir une confiance inébranlable en son ouvreur, ce dernier sait aussi parfaitement que les (rares) fois où les All Blacks ont été mis en difficulté ces quatre dernières années, c’est en raison des défaillances de Barrett dans l’exercice des tirs au but. En 2016, l’année qui le vit élu pour la première fois "joueur de l’année " par World Rugby, ce dernier présentait même le pire pourcentage de réussite de tous les buteurs au niveau international, avec un piètre 69 %… Voilà pourquoi, depuis la déconvenue subie face aux Springboks en 2018 (défaite 34-36 à Wellington, avec un 2/6 dans ses transformations) et une menace Mo’unga toujours plus pressante, Beauden Bearrett s’est astreint à un très lourd travail face aux barres, qui lui a certes valu d’augmenter ses statistiques (au point de dépasser pour la première fois de sa carrière les 80 % de réussite, avec 46 coups de pied réussis sur 57) mais a également eu son revers, les plus fins observateurs du rugby néo-zélandais reprochant même à Barrett d’avoir perdu en précision dans ce qui était autrefois son point fort, le jeu au pied offensif…

Alors, Beauden Barrett parviendra-t-il lors de ce Rugby Championship à trouver le bon équilibre entre justesse dans le jeu et précision face aux poteaux ? Ce sera précisément tout l’enjeu de ce premier match que les Argentins aborderont avec le couteau entre les dents, qui donnera forcément le ton de toute la compétition. Autant dire que le piège s’annonce terrible car en cas de défaite historique face aux Pumas, on imagine aisément que le débat entre Barrett et Mo’unga ne manquera pas de rejaillir. Pour peu que Barrett ait la mauvaise idée de vendanger quelques points au pied… N. Z.

Réagir