• Les joueurs aurillacois ont repris le chemin de la préparation sous une chaleur accablante. Photo Jean-Michel Peyral
    Les joueurs aurillacois ont repris le chemin de la préparation sous une chaleur accablante. Photo Jean-Michel Peyral
Publié le / Modifié le
Pro D2

Aurillac : La jeunesse comme viatique

Le Stade aurillacois a dû se battre toute la saison pour garder la tête hors de l’eau... et la sauver lors de la dernière journée. Pas question pour le club de revivre cela.

Le Stade aurillacois a encore vécu un exercice 2018-2019 compliqué. Depuis leur finale d’accession perdue face à Bayonne en 2016, les Cantaliens ont bien du mal à intégrer la première partie du tableau du Pro D2. Pire, ils ont frôlé la catastrophe en mai dernier, sauvant leur tête dans l’élite sur la dernière journée.

Parmi les grandes interrogations du public, des supporters et des partenaires, le choix d’aligner les jeunes et surtout les Jiff sur les feuilles de matchs. Sujet sensible, qui aurait pu coûter cher, mais qui au final s’est avéré payant, dans tous les sens du terme. Et n’allez surtout pas chatouiller Christian Millette sur ce dossier. Irrité des commentaires qui sont allés bon train, le président a réaffirmé voici quelques jours sa politique jeune et l’objectif affiché d’une place dans le Top 6 en mai 2020.

Le président a bien conscience d’une dernière saison "difficile, dès le début avec la perte tragique de Louis (Fajfrowski). " Derrière, il a fallu assurer et sur le plan sportif, "Cela a été complexe puisque l’on a alterné le bon, voire le très bon, puis par moments, des défaillances qui auraient pu, au final, nous coûter très cher. "

Malgré ces objectifs fixés en début de saison non atteints — la fameuse place qualificative — et "Jusqu’au match de Biarritz, je n’avais pas d’inquiétude. J’avais même retrouvé de l’espoir après ce match exceptionnel, à tous niveaux, face à Brive. " Et puis ce championnat de Pro D2 a rappelé à tout le monde que la différence entre les premiers et les derniers était infime. Heureusement, "On termine avec une note positive. Les joueurs ont su aller chercher le maintien avec leur courage, leurs qualités et ont montré ce qu’ils sont capables de faire quand ils en ont envie, de plus avec une équipe très jeune. "

La formation comme axe fort

Et le président d’insister sur ce mot jeune car il sera au cœur du projet sportif de la saison et de celles à venir. Le Stade aurillacois ne peut rivaliser sur le plan budgétaire (encore l’un des plus petits budgets qui devrait avoisiner les 5,50 M€ pour la saison), alors la formation "sera l’axe fort de la stratégie du Stade et servira à approvisionner le club, ce qui n’empêche pas le recrutement à l’extérieur ", rappelant au passage les très bons résultats du centre de formation ces dernières années.

L’autre importance, c’est que cette jeunesse performante prend de la valeur avec ses Jiff (lire encadré 600 000), "donc ce n’est pas la peine que j’explique à mes entraîneurs que cette année encore, cela sera l’un des critères essentiels. Et je serai là pour leur rappeler. "

Citant en exemple les Toulousains et le parti pris, l’an dernier, de la jeunesse, Christian Millette persiste "car c’est une des seules façons de continuer à exister dans ce monde professionnel où les villes de la ruralité vont avoir de plus en plus de mal avec l’arrivée des clubs de plus en plus huppés. " Les 900 000 euros placés sur la formation des jeunes à Aurillac prennent donc encore plus de valeur.

L’argent au cœur du système, mais pour Paul Boisset, capitaine des Rouge et Bleu, cela ne doit pas être le seul critère. "L’argent ne fait pas l’homme et encore moins le joueur. On peut avoir autant de zéros sur le chéquier à la fin du mois, ce n’est pas cela qui fera avancer le joueur. À nous de nous persuader d’abord que nous sommes capables d’aller chercher cette sixième place, mais il faudra reproduire les matchs que l’on a pu faire contre Brive, Nevers ou Bayonne. Il faudra être capables de le faire 15 fois sur 15 à la maison et autant que possible à l’extérieur." Thierry Peuchlestrade, entraîneur, résume lui aussi cela très bien. "Je veux des guerriers toute la saison. " Premier élément de réponse le 25 août face à Biarritz.

Jean-Marc AUTHIE
Voir les commentaires
Réagir