• Chris Vui
    Chris Vui
Publié le / Modifié le
International

Chris Vui, jeune cadre Dynamique

Promu capitaine de sa sélection en un temps record, le robuste deuxième ligne de Bristol va disputer son premier mondial avec les samoa.

Son nom ne vous dira peut-être rien, mais Chris Vui est un des piliers de la sélection samoane. Âgé de 26 ans, le colosse polynésien compte douze sélections avec les Manu Samoa depuis 2016, et évolue depuis deux saisons dans le richissime club anglais de Bristol, qui a fait mieux que viser le simple maintien en Premiership la saison dernière. Vui fut d’ailleurs l’un des acteurs majeurs de cette performance puisqu’il disputa une saison pleine : 16 apparitions, 16 titularisations. Sans surprise, les dirigeants anglais lui ont proposé dans la foulée une prolongation de contrat de trois ans que le joueur a accepté malgré les sollicitations de plusieurs grands clubs européens. D’ailleurs, en jetant un œil sur sa carrière, on remarque que Vui s’est imposé partout où il a joué : en NPC avec le club de North Harbour, comme en Europe à Bristol ou à Worcester en 2016. Seulement, il fut contraint à l’exil faute de trouver un contrat avec une franchise de Super Rugby.

Boudé par le super rugby

Tant pis. Avec le recul, Vui est comblé de sa trajectoire : "Venir en Europe a été comme changer de monde pour moi… Mais mon éducation fait que je me rends compte de la chance que j’ai", déclarait-il en 2018. Son talent et ses qualités n’ont d’ailleurs pas échappé à son sélectionneur Steve Jackson qui l’a systématiquement convoqué et titularisé depuis 2016. Logiquement convoqué pour participer au prochain Pacific Nations Cup. Cette compétition se tiendra à partir de la fin du mois de juillet et opposera les Samoa aux Tonga, États-Unis puis Fidji et servira de prologue au prochain Mondial. Chris Vui devrait même se partager le capitanat avec le flanker Jack Lam. Un rôle qu’il connaît bien. Son leadership est tel qu’on lui avait confié le brassard de capitaine alors qu’il ne comptait que cinq sélections. C’est dire.

Voir les commentaires
Réagir