• Excellent et régulier en Super Rugby, Herschel Jantjies a montré à son sélectionneur qu’il pouvait compter sur lui.
    Excellent et régulier en Super Rugby, Herschel Jantjies a montré à son sélectionneur qu’il pouvait compter sur lui.
Publié le / Modifié le
International

L’autre Jantjies

Pour sa première sélection, le jeune demi de mêlée s’est illustré par un doublé.

Avant ce match, Herschel Jantjies faisait partie des quelques Boks qui n’avaient encore jamais porté le maillot sud-africain. Soixante-six minutes plus tard, c’est pourtant tout un stade qui se leva à sa sortie pour saluer sa performance. Herschel Jantjies, demi de mêlée des Stormers vit un rêve éveillé. Celui qui n’a aucun lien de parenté avec l’ouvreur du même nom Elton réalise une drôle de saison. Excellent avec sa province des Stormers où il profita de la blessure du numéro un et ex-Toulousain Jano Vermaak pour s’illustrer (quinze apparitions dont douze comme titulaire et cinq essais marqués), le joueur de 23 ans a tapé dans l’œil du sélectionneur des Boks, Rassie Erasmus : "Je l’ai suivi de près toute la saison et à chaque qu’il affronta les meilleurs demi de mêlée au monde il a tenu le coup. J’ai aussi aimé sa régularité tout au long de l’année et il s’est très bien intégré dans notre groupe. Le fait que l’on y trouve de nombreux joueurs des Stormers l’a nécessairement aidé et maintenant il tient l’opportunité de nous montrer ce qu’il vaut au niveau international ", disait de lui le boss des Boks avant ce premier test face à l’Australie. Soixante-six minutes plus tard, on imagine qu’Erasmus avait la réponse à son interrogation.

Dauphin de faf De Klerk ?

Mzwandile Stick, l’entraîneur en charge des trois-quarts sud-africains pensait déjà le meilleur du joueur des Stormers avant la rencontre : "Herschel est excellent sur les habiletés techniques de base : il possède une très bonne passe, et plaque fort même s’il ne dispose pas d’un grand gabarit. Son autre grande force, c’est d’être capable d’exploiter la moindre faille dans la défense quand il en trouve une." "J’adore franchir les défenses, j’ai toujours aimé ça, complète l’intéressé. J’aime essayer des trucs en attaque et obliger la défense à se poser des questions. J’ai toujours joué comme ça, à l’instinct. Je joue selon ce que je vois autour de moi, même quand le match ne tourne pas à notre avantage." Son deuxième essai face aux Wallabies l’a prouvé. Voyant que les défenseurs australiens n’étaient pas vigilants sur le petit côté, Jantjies en profita pour sprinter dans le couloir et marquer sans opposition son doublé.

Titulaire au sein de cette équipe de seconds couteaux, il en faudra plus pour détrôner le non moins remuant Faf de Klerk, son pendant blondinet. Mais il a très certainement marqué des points face à ses concurrents des Bulls Embrose Papier et Ivan van Zyl qui ont tenu le poste en l’absence de De Klerk. D’autant que les deux joueurs n’ont pas particulièrement brillé en Super Rugby. On se dit alors que le conte de fée d’Herschel Jantjies ne fait que commencer…

Réagir