• Rhys Webb (Toulon)
    Rhys Webb (Toulon) Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Ligne par ligne : centres d’interrogation à Toulon

Arrières > Opéré une nouvelle fois d’une épaule en juin, le All Black Nehe Milner-Skudder est attendu en décembre, en pleine forme et bon pour le service. En attendant, Hugo Bonneval aura les cartes en main pour marquer son territoire après une dernière saison en dents de scie. Arrivé de Grenoble, Gervais Cordin pourrait tout aussi s’imposer. à 20 ans, l’ancien Grenoblois peut miser sur sa vitesse et ses qualités de relanceur.

Ailiers > Les départs de Tuisova, Fekitoa et Nakosi redistribuent les cartes. Loin d’être le plus médiatique, Daniel Ikpefan a signé un très bonne première saison au RCT l’an passé avec 9 essais et a su gagner la confiance de Patrice Collazo. Pour le reste, ce ne sont que des nouveaux, Collazo voulant davantage de mobilité et de vitesse. Étoile du VII, Gabin Villière va devoir prendre la mesure du Top 14. Misivesi Dakuwaqa pourrait aussi être une révélation. Ce Fidjien, aussi rapide qui puissant, vient aussi du VII. à ses côtés, le Néo-Zélandais Bryce Heem est une valeur sûre. évoluant à Worcester ces trois dernières saisons, il est présenté comme un des meilleurs ailiers de Premiership, capable de jouer debout et d’aller au contact avec des certitudes en défense. Erwan Dridi, Simon Moretti et Makalea Foliaki (tous issus du centre de formation) complètent les rangs.

Centres > Adepte de la polyvalence, Patrice Collazo a recruté dans ce sens. Reconvertis la saison passée, Julian Savea figure comme 12 ou 13. C’est encore là qu’il s’est montré le plus à son avantage. Théo Dachary, arrivé de Mont-de-Marsan, et Julien Hériteau, d’Agen, renforce un secteur qui a perdu Bastareaud, Trinh-Duc ou encore Fekitoa. Duncan Paia’aua peut également jouer dans ce registre. Mais il faut également s’attendre à voir un des ouvreurs redescendre au centre, comme ce fut le cas avec Trinh-Duc l’an passé. Belleau, Carbonel ou Smaïli peuvent jouer en premier centre.

Ouvreurs > C’est l’une des fiertés de Boudjellal et Collazo : compter trois ouvreurs Jiff formés au club. Dans la lignée de sa saison dernière, Louis Carbonel (double champion du monde avec les moins de 20 ans) est attendu pour la confirmation au plus haut niveau. Mais avec ce qu’il a déjà pu montrer l’an passé, il en devient presque une valeur sûre. Bien revenu en fin de saison, Anthony Belleau offre un autre profil. Surtout, les deux garçons ne sont pas incompatibles et peuvent jouer en 10 ou en 12 voire à l’arrière pour Belleau. Mathieu Smaïli manque encore de référence au haut niveau mais présente des certitudes au pied. à son retour du Mondial, Serin pourra également bousculer la hiérarchie à ce poste.

Demi de mêlée > Rhys Webb sera le seul joueur d’expérience à ce poste jusqu’à l’automne. Au sortir d’une première saison mitigée, en raison notamment d’une blessure mal soignée, le Gallois est revanchard. Toujours affûté physiquement, il demeure une référence mondiale au poste, montrant par des coups d’éclats le joueur de classe qu’il pouvait être. Après la Coupe du monde, Baptiste Serin va entrer dans la concurrence au poste. Transfuge de l’UBB, il va devoir se faire sa place. En attendant, le jeune Yoan Cottin suppléera Webb. Anthony Méric est rééducation après une nouvelle opération d’un genou.

Numéros 8 > Lui aussi s’apparente presque à une recrue. Charles Ollivon, de retour de l’enfer ou presque après sa nouvelle blessure à une épaule en septembre 2018, le Basque a terminé en boulet de canon, poussant même les portes de l’équipe de France, comme réserviste. Mobile, à l’aise dans les airs et avec le ballon, avec en prime une énergie débordante, il est incontournable. Recrue surprise, Sergio Parisse n’a plus rien à prouver, malgré son âge et une saison 2018-2019 compliquée. Polyvalent, le mondialiste argentin Isa est un autre atout indéniable. Lakafia a de nouveau goûté au poste de ses débuts la saison passée, avec succès ; Messam peut aussi dépanner.

Troisième ligne aile > Raphaël Lakafia, Liam Messam et Facundo Isa, au grès du jeu des chaises musicales, s’imposent pour occuper les postes 6 et 7. De l’expérience, de la puissance et un énorme abattage. Voilà pour les profils. à cela s’ajoute la fougue de Stéphane Onambélé, disparu des radars après pourtant quelques apparitions remarquées. Il fera face à la concurrence de Thomas Hoarau. Formé au club, avant de partir s’aguerrir en Pro D2 et notamment à Béziers, le minot ne manquent pas de qualité. Issu du centre de formation, Julien Ory intègre pleinement le groupe après avoir montré le bout de son nez. Champion du monde avec les Bleuets en début d’été, Florent Vanverberghe aura aussi du temps de jeu après avoir connu ses premières en octobre 2018.

Deuxième ligne > évidemment un seul nom brûle les lèvres à ce poste : celui d’Eben Etzebeth. Année de Coupe du monde oblige, il faudra attendre jusqu’au mois de décembre pour le voir à l’œuvre. Les supporters l’imaginent déjà en digne successeur de Bakkies Botha. En attendant le géant Sud-Africain, il faudra également débuter les premières journées sans Romain Taofifenua, parti rejoindre l’équipe de France. Brian Alain’uese, arrivé comme joker et finalement conservé après ses bonnes prestations, est de retour de blessure. Le RCT va débuter la saison avec deux jeunes, Swan Rebbadj et Corentin Vernet, encadré de l’inoxydable Mamuka Gorgodze.

Piliers > à droite, Emerick Setiano a créé la sensation en entrant dans le groupe France. Cela, après une saison pleine où il a progressé au point de passer devant Marcel Van der Merwe dans la hiérarchie. Le Sud-Africain, qui a connu une saison compliquée, assez logique finalement pour un joueur qui avait énormément joué les années précédentes et qui paraissait usé. La préparation devrait lui faire du bien. Après une première saison marquée par une grosse blessure à un péroné, Sébastien Taofienua est aussi revanchard. Toulon a également recruté Beka Gigashvili (ex-FCG) capable d’évoluer au deux postes. à gauche, Jean-Baptiste Gros est impressionnant. Double champion du monde moins de 20 ans, il a montré qu’il était capable d’élever son niveau pour se faire sa place dans la cour des grands. Mobile, solide en mêlée et capable d’enchaîner les plaquages en défense, il est le numéro 1. Derrière lui, Florian Fresia peut faire parler son expérience. Quant à la révélation Bruce Devaux, il a également montré ses qualités pour pouvoir grappiller du temps de jeu.

Talonneurs > Le départ de Guilhem Guirado va laisser un grand vide mais le club a vite rebondi en attirant Christopher-Eric Tolofua. International français, victime d’une blessure aux cervicales en 2018, il s’était exilé aux Saracens. Une expérience riche pour l’ancien Toulousain qui va batailler avec Anthony étrillard pour occuper le poste. Le Basque, peut-être libéré par le départ de Guirado, doit maintenant franchir le palier et concrétiser tous les espoirs placés en lui. Bastien Soury et le jeune Théo Lachaud (lui aussi champion du monde avec les Bleuets) complètent le tableau.

Fabrice MICHELIER
Voir les commentaires
Réagir