• Toute la Nouvelle-Zélande en rêve : voir une nouvelle fois un joueur au maillot tout noir soulever le trophée Webb-Ellis. Photo Icon Sport
    Toute la Nouvelle-Zélande en rêve : voir une nouvelle fois un joueur au maillot tout noir soulever le trophée Webb-Ellis. Photo Icon Sport
  • L’impossible triplé
    L’impossible triplé
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

Saga des nations - Nouvelle-Zélande : L’impossible triplé

Les double champions du monde en titre ont l’occasion d’entrer dans l’histoire du rugby mondial en réalisant le triplé, chose qu’aucune autre nation a faite jusqu’alors...

En soulevant en 2011, et pour la deuxième fois de suite, le trophée Webb-Ellis, les All Blacks de Richie McCaw ont réalisé quelque chose d’inédit : gagner et défendre leur titre mondial. Un tour de force que n’avaient pas réussi leurs aïeux, sacrés en 1987 mais troisièmes en 1991. Les Wallabies sont passés proches : sacrés en 1999 au grand malheur de nos Bleus, ils furent défaits en finale quatre ans après par l’Angleterre de Jonny Wilkinson qui frappa un drop-goal que l’on ne présente plus. Mais c’est un fait : les Blacks sont plus forts. Peut-être pas sur cette finale maudite pour nos Bleus en 2011, où le bras de l’arbitre sud-africain Craig Joubert resta désespérément baissé alors qu’il aurait dû se lever sur les hors-jeu répétés de Richie McCaw. Mais passée ce petit relent de chauvinisme, il faut se rendre à l’évidence : sur les deux dernières décennies, les Néo-Zélandais sont intouchables.

Leur double titre de 2015 leur a même permis d’entrer, en mars 2018, dans le prestigieux palmarès des équipes sportives les plus dominantes du monde, tous sports confondus, compilé par le géant ESPN. Les hommes de McCaw se sont ainsi hissés à la dix-septième place de ce classement, juste devant les basketeurs des San Antonio Spurs de 2006-2007 et juste derrière les baseballeurs des Red Sox de Boston en 2007. Loin, certes des Golden State Warriors de 2016-2017 (premiers) ou des New York Yankees de 1998 (troisièmes) mais pas si loin que ça du Real de Madrid version 2013-2014 (onzième). Il n’en reste pas moins que si l’on s’en tient au ballon ovale, les Blacks sont les boss comme le classement précité le rappelle : "Sur les vingt dernières années, huit des équipes de rugby les plus dominantes ont été néo-zélandaises et l’équipe sacrée championne du monde en 2015 a enregistré le plus haut score jamais donné par World Rugby en fin de saison internationale."

Les Tout noirs ne seraient pas contre le fait de gagner quelques places à ce prestigieux classement mondial. Comment ? En réalisant le triplé, pardi ! "Les All Blacks ont affiché clairement leurs ambitions en déclarant publiquement qu’ils voulaient remporter trois trophés de suite", expliquait récemment l’ancien talonneur néo-zélandais Sean Fitzpatrick qui fut sacré en 1987. "Même s’ils ont connu des tests d’automne quelconques, il restent l’équipe à battre car ils savent comment remporter cette compétition. Il l’ont déjà fait deux fois. Le troisième titre sera toutefois le plus dur à conquérir. J’ai toujours dit que la menace principale viendrait de l’hémisphère Nord. Une nouvelle nation sera-t-elle gravée sur le trophée ? Peut-être les Irlandais ? Ils ont montré qu’ils étaient capables de battre les Blacks. Méfions-nous de l’Angleterre aussi, qui possède un staff exceptionnel…" La domination des Néo-zélandais ne fait aucun doute. Pas plus que le fait qu’ils sont les candidats légitimes à leur succession. Mais dans leurs camps de base respectifs, de Bagshot à Stellenbosch en passant par Cardiff ou Dublin, les concurrents des Blacks affûtent leurs couteaux…

VALZER Simon
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir