• Les Toulousains de retour à l'entraînement
    Les Toulousains de retour à l'entraînement Icon Sport - Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Toulouse : premier sprint du champion

Le champion de France a repris le chemin de l’entraînement lundi dernier sans son contingent d’internationaux. Les Toulousains ont un mois de travail avant d’aborder la première semaine de compétition et un déplacement à bordeaux. Les recrues savent qu’elles doivent vite trouver leurs marques dans l’effectif et le système de jeu.

Les faits

Malgré la canicule, le Stade toulousain n’a pas changé son programme de reprise. Mardi, les joueurs avaient rendez-vous sur la pelouse à 13 h 50, alors que le thermomètre flirtait avec les quarante degrés. Ils étaient une petite quarantaine, souvent avec une casquette sur la tête, ce qui n’aidait pas les supporters présents à bien reconnaître tous les présents et notamment les champions de France. Mais pour les courageux qui n’ont pas eu peur des coups de soleil, la récompense était aussi de pouvoir poser avec le Bouclier de Brennus, invité de marque de cette reprise pas tout à fait comme les autres.

Avec douze joueurs absents en raison de la préparation à la Coupe du monde (Dupont, Ntamack, Ramos, Huget, Médard, Guitoune, Mauvaka, Baille, Cros, Kolbe, Elstadt, Ainu’u, sans oublier Rory Arnold, treizième mondialiste du groupe), beaucoup d’espoirs ont été conviés à transpirer avec les professionnels alors que les prochaines semaines s’annoncent intenses, puisque le Stade toulousain n’a que cinq petites semaines de travail avant son premier match de Top 14 sur la pelouse de l’Union Bordeaux-Bègles. Les champions de France ont donc bien conscience de la tâche qui les attend, eux dont le premier match amical est programmé seulement douze jours après les retrouvailles estivales, le 2 août face à Colomiers à Gaillac. Avec un titre à digérer et à assumer, le manager Ugo Mola, avant même de partir en vacances, était conscient que cette rentrée ne serait pas évidente : "Il y a peu d’élus même si le Top 14 sacre régulièrement un vainqueur différent. Il faut savourer le titre mais on voit que l’écueil du lendemain est souvent dramatique, comme pour le Stade français, Clermont, Castres. C’est une alerte à prendre en considération. Je ne vais pas demander à mes joueurs de le faire tout de suite car j’ai envie qu’ils en profitent pleinement. Mais personnellement, ma préoccupation est déjà celle-ci." Avant d’ajouter : "Dès le 24 août, tout sera remis à zéro." Un message que ces joueurs ont semble-t-il entendu.

Après une grosse semaine de fête et une période de repos bien mérité, il n’a pas été rare de croiser des stadistes à Ernest-Wallon ces dernières semaines, venant s’entretenir en poussant de la fonte. Le premier à s’être imposé un programme personnel a été le capitaine Jerome Kaino. L’ancien All Black, tout comme son compatriote Charlie Faumuina, avait décidé de ne pas rentrer en Nouvelle-Zélande pendant ses vacances, préférant privilégier sa préparation individuelle. Ils ont été nombreux à suivre cet exemple pour se présenter lundi dernier à la reprise en ayant effectué un travail foncier.

Les jeunes sont impatients

Les vacances ont donc été studieuses. Voilà qui doit soulager un staff technique qui a dû faire l’impasse sur le traditionnel stage d’avant saison, pour éviter de perdre un temps précieux en déplacement alors qu’il faut composer avec autant d’absences. Pourtant, il n’y avait aucune inquiétude dans les rangs, plutôt dans l’excitation. La jeune classe toulousaine est impatiente de montrer qu’elle peut assurer l’intérim avec succès, à écouter le double champion du monde des moins de 20 ans Matthis Lebel : "Quand on a la chance de finir en dernier, il est logique de reprendre plus tard. Ça va aller très vite, mais le plus dur c’est pour les préparateurs physiques qui ont moins de temps que ce qu’ils souhaiteraient. Pour nous, ça ne nous dérange pas plus que ça. On touche vite du ballon donc c’est sympa." à l’image de l’ailier, les jeunes sont plus impatients que stressés par cette course contre la montre : "On reprend avec un peu plus d’expérience. Les premières fois avec les pros, on était à fond tout le temps et au bout d’une semaine, on était fatigués. Avec l’expérience, on apprend à gérer les efforts mais surtout avec la saison dernière et le titre, on est en confiance et on a hâte que la saison reprenne pour avoir du temps de jeu. Tant mieux pour ceux qui sont en équipe de France et tant mieux pour nous les jeunes. On avait déjà répondu présents la saison dernière quand il manquait du monde et on a envie de confirmer." Et ainsi faire honneur à leur nouveau statut de champion de France, qui n’est pas si évident à appréhender.

 

Sur le même sujet
Réagir